23 janvier 2016 6 23 /01 /janvier /2016 20:00

   

 

 

 

 

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      Pouvons-nous avoir une exploration de l'esprit, qui ne soit pas limitée à des considérations culturelles, traditionnelles et religieuses ? Connaître son esprit pour mieux vivre avec soi et avec autrui me semble être une démarche essentielle. Mais le poids du passé pèse sur notre manière d'aborder cette connaissance de soi, notre approche est conditionnée par nos visions partisanes.

     Une juste compréhension de l'esprit, commence évidemment par la prise de conscience que nous sommes conditionnés. Il ne s'agit pas de dire que telle ou telle culture est supérieure à telle autre, il s'agit de percevoir que notre environnement nous conditionne, pour le pire et le meilleur.

 

     Les traditions sont le résultat de l'histoire et de la géographie, elles sont les enfants du temps et ont germé dans les différents territoires du globe. Nous constatons aujourd'hui que ce qui a constitué les nations, ce qui a construit les cultures, devient source de conflits et de guerres en tous genres. Chaque pays, chaque religion veut dominer l'autre, chacun veut convertir celui qui est différent. Tous se sentent supérieurs, et tous créent ce monde de chaos.

     Ne peut-on découvrir une autre relation aux autres ? Une relation qui ne soit pas conflictuelle, qui ne soit pas cette volonté absurde de persuader l'autre, de le convertir à notre point de vue, que cela concerne la religion, la politique, l'économie ou tout autre chose...

 

     Nous sommes conditionnés par notre environnement social et culturel, c'est une évidence. Mais qu'est-ce que cela veut dire "être conditionné" ?

     Cela est finalement assez simple : On vous pose une question (comme un défi) et vous répondez du tac au tac, instantanément, les phrases sortent de vous, sans même que vous en aillez une pleine conscience. C'est comme un argumentaire bien rodé, une répartie automatique de votre part. On voit bien ce processus dans les religions et aussi dans le monde politique ; pensent-ils par eux-mêmes, vraiment ?

     Pensons-nous par nous-mêmes ? Est-ce si sûr, ne répondons pas trop vite s'il vous plaît !

     Ne répétons-nous pas plutôt ce qui nous a été dit, par d'autres, par les autorités, les spécialistes ? Avons-nous examiné ce qui nous a été dit, avons-nous scrupuleusement observé et vu, si cela était vrai ou faux ?

     L'homme est très souvent un perroquet savant, une chambre d'écho des découvertes d'autrui.  Nous mémorisons sans arrêt, mais la vie ne se résume pas à cela, sinon il n'y aurait pas de création, de nouveauté dans le monde.

 

     Les traditions, religieuses ou autres, sont les représentantes du passé, elles sont forgées par lui et elles désirent le perpétuer. Celles-ci ne désirent pas changer l'homme, cela n'est pas leur raison d'être profonde. Le moteur de leur action c'est la volonté d'avoir de plus en plus d'adeptes, d'acquérir de plus en plus de pouvoir, et d'essayer le plus possible de dominer le monde. Regardons notre monde tel qu'il est et voyons bien ce malheureux constat, notre monde est un chaos de lutte et de violence.

 

     Alors que pouvons-nous faire, continuer la lutte pour dominer autrui ? Seul les plus fous pensent que cela est une bonne manière de vivre. Mais pouvons-nous faire autrement ? Pouvons-nous nous déconditionner, avoir une relation qui soit libre avec le passé et avec les traditions ? Pouvons-nous être libres du poids du passé ?

 

     Nous savons que l'homme peut se déconditionner, nous avons vu des êtres humains sortir du monde politique, d'autres se libérer du carcan de la religion. Il y a eu l'esprit des lumières en Europe qui a décrispé l'étau de la noblesse et de la religion sur la société. Des pays entiers sont sortis de la dictature d'un tyran, le mur de Berlin est tombé à une telle vitesse. On voit que malgré le passé lourd et mortifère, les hommes et les choses changent, c'est indéniable...

     Mais aujourd'hui qu'allons-nous faire ? Il ne s'agit pas de changer de religion par exemple, mais de découvrir l'essence même de la religion, le sens du sacré. Découvrir s'il y a quelque chose qui ne dépend pas d'un conditionnement spécifique, d'un point de vue occidental ou oriental.

 

     Découvrir cela, c'est vraiment créer une toute nouvelle culture. Culture qui n'est pas la suite des nombreux hier, mais bien quelque chose de vivant et de libre. N'étant pas lié à une culture en particulier cela peut toucher chacun, par cela nous découvrons ce qui unit profondément l'humanité. La religion dans le sens le plus libre, le plus pure, c'est ce qui réunit l'humanité entière. Dans ce sacré, la vie est une et indissociable.

     Il faut naturellement rester très prudent, veiller à ne pas reproduire les vieux schémas. Il ne s'agit pas de créer une pensée unique, un nouveau dictat religieux ou social. Cela peut être évité si l'homme ne retombe pas dans la création d'une (nouvelle) orthodoxie, avec ses règles et ses teneurs de l'ordre établi. Il n'y a pas à avoir de gardien du temple, car la vie n'est dans aucun temple, et il n'y a pas de textes sacrés, c'est la vie qui est sacrée. Nous idolâtrons les textes qui ne sont que des descriptions, des indications, et nous ne regardons pas la chose décrite. Nous adorons l'image de la vie et nous ne voyons pas la vie elle-même.

 

     Explorer et découvrir ce qu'est l'esprit est essentiel, et cela doit se faire en totale liberté. Le poids du passé doit être levé, afin d'aborder tout cela avec un cœur léger et frais. Redécouvrons ensemble la beauté profonde de la vie, il ne tient qu'à nous de faire que ce monde soit totalement autre.

     La spiritualité laïque peut peut-être nous aider à créer cette nouvelle culture, une grande culture de paix entre les hommes.

 

 

     Paul Pujol

Partager cet article
Repost0
20 décembre 2015 7 20 /12 /décembre /2015 10:50

 

Une étoile dans la nuit.

 

 

     Le ciel était gris sombre, des nuages pesants menaçaient d'éclater depuis quelques jours, mais la pluie refusait obstinément de tomber. Durant la saison chaude, la sécheresse avait été exceptionnelle, et la terre avait un besoin impérieux d'eau. Toutes les plantes pourraient alors se laver et se dépoussiérer, les rivières pourraient remplir leur lit, afin de grossir leurs flots, et elles porteraient une nouvelle fois la vie sur leurs berges et dans les champs. Mais à présent, seuls les nuages aux couleurs obscures étaient là, ils dessinaient des ombres immenses sur les montagnes avoisinantes. Des monts entiers étaient totalement recouverts par ces taches sombres. Les bois et les forêts avaient également pris un vert plus soutenu, plus dense, et la terre, elle-aussi, s'était assombrie. La lumière du jour en était transformée, elle était plus présente, plus vivante, par cela, c'était la beauté qui s'exprimait, qui s'offrait au monde en ce début d'automne.

 

    On devinait au loin la mer, devenue un océan gris émeraude, masse mystérieuse, sombre et profonde, où viennent mourir en pentes douces ces montagnes du sud. Le soleil ne pouvait percer cette carapace de nuages ; l'air en était devenu plus frais, et le corps s'adaptait avec lenteur à ces brusques changements de température.

    Des oiseaux de pluie, martinets et hirondelles, volaient en tous sens à présent, ils zébraient l'air de leur vol vif, et frôlaient le sol à toute allure. Ils étaient noirs et blancs, agiles et très gracieux, leur corps fin était soutenu par de longues ailes étroites, et leur queue fourchue finissait en deux petites pointes d'ébène. Tout en rasant le sol à grande vitesse, ils se nourrissaient en happant les nombreux insectes présents. Ces oiseaux semblaient posséder une énergie illimitée, ils semblaient ignorer le repos. On les avait vus, dès le lever du soleil, s'envoler dans le ciel en criant leur joie, et depuis ils paraissaient ne jamais s'être arrêtés ; sans doute n'en était-il rien, cependant leur vol n'avait pas connu de baisse de vitalité depuis le matin. L'homme également veut toujours être rempli d'énergie, mais cette quête est une quête de possession et de rétention, lorsque l'on veut posséder l'énergie, on détruit celle-ci. L'eau tumultueuse d'un torrent, une fois enfermée dans un bocal, perd toute sa fougue et toute sa vie.     

   Énergie et liberté sont inséparables. Une énergie pure est sans fondements, de même sans directive, ni but, elle ne possède aucune architecture propre ; par cet état de fait, l'énergie peut engendrer tout ce qui est. La liberté vraie n'est pas, et ne peut pas être structurée, elle est au-delà de tout ordre, elle n'est pas l'agencement de certaines choses ; de la liberté sort ce qui est, c'est-à-dire l'ordre de l'univers, et l'univers lui-même, l'ordre de l'agencement de toute matière. En fait, l’énergie, la liberté font en sorte que la création soit.

 

     A présent, les oiseaux avaient tous disparu, ils s'étaient éclipsés sans bruit, le jour commençait à décliner et la pluie viendrait peut-être avec la nuit. Dans le ciel, les nuages étaient devenus moins compacts, et l'on pouvait apercevoir l'étoile du sud, premier point lumineux, bientôt suivie par la lune elle-même. Cette journée qui s'achevait, donnait au monde une tranquillité et une quiétude qui se répandaient sur la terre entière. Bien que venant avec le soir, cette douceur était totalement libre, car on savait qu'elle pouvait se prolonger indéfiniment, ou au contraire s'arrêter et disparaître sans bruit, ni fracas. Cette paix est de toute éternité, et cependant, elle est toujours neuve et différente, toujours autre et à chaque fois unique. - Lorsque l'esprit prend contact avec cela, alors la liberté et l'éternel ne font qu'un.

 

    Au loin, bien au-delà des montagnes, les orages grondaient et tonnaient dans la nuit. La pluie offerte était une véritable bénédiction, toute la vitalité, la force incalculable de l'univers étaient présents, le cœur et l'esprit n'en étaient pas séparés.

    La pluie commençait doucement à frapper sur les vitres, et soudain, sans cause aucune, la béatitude apparut, libre, pure et  entière.                                                

     

 


     Paul Pujol, "Senteur d'éternité".

    Editions Relations er Connaissance de soi

    "Des orages dans la nuit", pages 107 à 109.    

Partager cet article
Repost0
24 mars 2014 1 24 /03 /mars /2014 15:54

 

La Saône.

 

 

19 novembre 2006  

 

 

 

 Pour le rêveur, le rêve est très réel, il n’existe que cela.

 

 Le rêveur n’est pas séparé du songe ;

 en fait le rêveur « est » le rêve, et le rêve « est » le rêveur.

 

 Le contenu de l’esprit « est » l’esprit lui-même.

 

 De même, celui qui vit dans l’illusion n’est pas séparé de cette illusion ;

 il « est » l’illusion elle-même.

 

 

 

 

 

 

  Paul Pujol, " Senteur d'éternité "

  Editions Relations et Connaissance de soi

  "Le rêve et le réveur", page 161.    

Partager cet article
Repost0
8 mai 2012 2 08 /05 /mai /2012 18:13

 

 

           

 

  Quelle relation pouvons-nous avoir avec cet homme ? Quelle relation avons-nous avec lui ? Avons-nous une relation traditionnelle ? En le voyant comme un maître, un guru, et en se considérant soi-même comme un disciple, un élève suivant le maître.  Krishnamurti n'a-t-il pas voulu avoir une relation totalement différente des relations humaines" classiques" ? Lui même n'a-t-il pas refusé toute relation de domination, d'asservissement à l'autorité ? Que se soit dans le sens maître-disciple ou disciple-maître, il n'y a pas de maître et il n'y a pas de disciple ! Ces relations sont liées à la "connaissance de soi", à la recherche de la vérité n'est-ce pas ? Donc la relation avec Krishnamurti est liée à notre relation avec la vérité.  

 

    La vérité est-elle une possession ? Y a-t-il plusieurs vérités, chacun la sienne et qui n'a rien à voir avec celle de l'autre ? La perception de la vérité dépend-elle de la culture ou de la tradition ? Peut-on posséder la vérité ? Cela voudrait dire qu'elle peut être figée, être statique, qu'une chose perçue devienne une compréhension personnelle, propre. Si l'on possède une perception de la vérité, que possède-t-on ? Il y a perception de cette chose, cela impressionne l'esprit, celui-ci désire garder présent cette sensation, donc il mémorise cet état. Nous mémorisons notre sensation concernant un contact que nous avons eu avec le monde, ou avec la vérité.

  Si l'on observe bien, il y d'abord le contact, l'expérience, puis vient le désir de prolonger, et ensuite la mémorisation à lieu. La mémoire d'un événement n'est pas l'événement lui-même, le souvenir d'un sourire n'est pas le sourire lui-même. Voyons bien cela, la mémoire n'est qu'un mouvement de la pensée. C'est quand l'action n'existe plus, quand la vérité n'est plus, que l'expérience du passé devient importante. Toutes les descriptions d'un soleil couchant, tous les écrits, les plus beaux poèmes et les plus belles images ne sont rien, face à la beauté d'un soleil finissant perçu par un esprit totalement silencieux.

 

    Donc la vérité ne peut se mémoriser, sinon elle devient un souvenir poussiéreux, elle s'enracine dans le temps et dans l'histoire de l'homme. Cette perception fulgurante n'a aucun lien avec le temps, même les notions de fulgurance, de rapidité doivent être prises avec délicatesse, ne nous enfermons pas dans des mots. Utilisons-les, mais ne soyons pas utilisés par eux, ne soyons pas dépendant de l'expression.

    Quand on dit que l'on possède la vérité, qu'est-ce que cela veut dire en réalité ? Ne parle-t-on pas plutôt de sa vérité, de sa perception de la vérité, parle-t-on vraiment de la vérité, ou bien parle-t-on de soi ? La mémoire d'un événement parle-t-il de l'événement lui-même, ou bien parle-t-il de ma réaction face à cela, il parle de mon ressenti, de mon impression personnelle. Donc je parle de moi, et de mes émotions, c'est de mon ressenti que je parle, pas du coucher de soleil et pas de la vérité ! On ne peut posséder la vérité, on ne peut mémoriser l'insaisissable ; si on définit l'infini, on détruit toute perception de l'infini, et celui-ci s'évapore de notre vie. Voyons aussi que chacun va avoir une perception, une interprétation différente de l'autre, le commentaire ne peut qu'être différent. Car le commentaire parle d'un homme en particulier, de son expérience propre, et l'autre ne peut avoir qu'une expérience et un commentaire différents.

    Le commentaire ne peut être semblable, et donc il sépare les hommes, les désunis et fractionne l'humanité. Cela est très concret chers amis, n'y a-t-il pas de nombreuses nationalités, Américain, Français, Indien ou autres ? N'y a-t-il pas de très nombreuses religions, bouddhiste, hindou, chrétien, musulman ? Chacun détenant sa vérité, et luttant pour l'établir, pour convertir le plus grand nombre.

 

    Cet état de fait ne crée t-il pas des tensions, des conflits ? Ne serait-ce pas une des causes des nombreuses guerres qui déchirent l'humanité depuis la nuit des temps ? Dès qu'il y a séparation, il y a deux camps, et donc deux différences qui se concurrencent, deux mondes qui s'affrontent. Toute cette folie meurtrière qui broie les être humains, toute cette cruauté : Cela ne peut-il cesser, finir à tout jamais ? Pour que cela cesse, avant tout nous devons nous extirper des différents conditionnements créés par la société, par le monde des hommes. Car ce sont ces valeurs qui ont engendrées ce monde de misère, de brutalité sans fin, ce sont ces idéaux, toutes ces théories nées de l'esprit qui détruisent l'humanité. Et en premier lieu, pouvons-nous établir entre nous des relations totalement différentes du monde ? Aucune autorité, pas de hiérarchie, de compétition, de domination ou de soumission à qui que ce soit ! Pouvons-nous découvrir une telle relation, entre nous, et avec Krishnamurti également ?

  Il ne s'agit pas de relation de dépendance, car on n'attend pas que quelqu'un vienne vous montrer le chemin de la vérité, un tel chemin n'existe pas. La vérité ne se donne pas, car elle n'appartient à personne, elle ne peut être une possession, comme nous l'avons vu précédemment. Donc quelle relation avec Krishnamurti, et avec la vérité ?

 

    Pourquoi cherche-t-on la vérité ? Quel est le sens de cette démarche, de cette quête ? Quelle est la raison profonde qui me pousse vers cette exigence fondamentale, quel en est le moteur, qu'est-ce que ce feu qui court en moi ? Si je cherche une distraction, je la trouverai facilement, mais quand l'euphorie des premiers temps sera passée, l'amertume et la tristesse rempliront mon cœur, car jamais la joie du matin calme n'aura été perçue. Si je cherche un modèle, ou un exemple, je trouverai ce que je cherche, mais je ne découvrirai jamais l'inédit, le neuf. Je n'aurai qu'une vie de seconde main, caché dans l'ombre de celui que je suis. Et cet autre, je découvrirai un jour, qu'il n'était que mes désirs projetés, qu'il n'était que mon fantasmeinfantile. Alors je verrai que j'ai perdu la vie à la poursuite de cette ombre, et cette ombre c'est la mienne qui me précède ou me suit, mais jamais je ne me suis vu sans cette obscure image de moi-même. Jamais je ne me suis vu directement, nu comme au premier jour, innocent et fragile.

    En somme, ma quête est la préoccupation de soi, et non la connaissance de soi. Si je ne me soucie que de mon bien être, de mon confort et de mon réconfort, réellement je ne m'intéresse qu'à moi et le monde m'indiffère totalement. Je ne suis qu'un égoïste, et ma recherche de réalisation intérieure n'est qu'un leurre, car je cherche juste à avoir du plaisir, et je désir cela plus que tout. Je veux me réaliser, je veux avoir des expériences extraordinaires, hors du commun ; en fait je veux être différent des autres, supérieur en quelques sorte. Mais je ne vois pas que justement cette démarche même fait partie de l'esprit humain, c'est une attitude tellement commune à tous...La connaissance de soi n'est pas la préoccupation de soi.

    Par contre, si je suis en mouvement car je refuse cette société corrompue, toute la violence des hommes, je sais que cela doit cesser. Je le ressens au plus profond de moi, comme une impérieuse nécessité, comme un appel dans le désert immense. Il faut que cela soit différent, je veux créer un monde totalement autre, et je sais qu'il me faut découvrir la liberté. Sans cette liberté véritable, on ne fait que prolonger ce monde, on ne fait que suivre les différents conditionnements. On troque l'Occident pour l'Orient, le quotidien pour l'exotique, le vieux pour le soi-disant neuf ; tout cela n'est que du vent et de l'illusion. Alors je saisis que pour être libre, il n'y a qu'un instrument adéquat, c'est la vérité. En voyant cela je suis déjà en relation avec cette vérité, car cette vérité est en moi et je suis en elle.

 

    Et voilà que je découvre Krishnamurti, que je découvre cette homme qui vit cela, qui l'explore depuis de nombreuses années. Que vais-je faire avec cette personne ? Je ne veux aucune relation de dépendance et je ne vois pas en lui une quelconque autorité, comme certains de mes amis ! Donc j'aborde son "œuvre", car à son propos j'hésite même à parler "d'enseignement". L'enseignement n'est qu'un poteau indicateur, la carte d'un pays inconnu, ce qui compte c'est ce qu'indique le poteau ou la carte. C'est le pays inconnu qui compte, et je ressens qu'on peut le découvrir, justement si on remet la carte à sa juste place, et certainement si l'on découvre ce pays, la carte n'a plus grande d'importance. Donc j'étudie cette œuvre, ces écrits, je visionne peut-être même des vidéos et si je le peux je vais parler avec lui. Mais chaque fois que quelque chose est exprimée, je l'examine, comme j'examine mon propre esprit, je ne sépare pas les deux choses.

    "L'enseignement" ne parle que de l'esprit, de son dysfonctionnement, de son désordre et de sa confusion, quand j'étudie un texte, je m'étudie en même temps. De même dans toutes mes relations avec l'autre, j'examine mes réactions, mes pensées, mes émotions, bref j'apprends par moi-même. "L'enseignement" n'apprend rien à personne, c'est chaque individu qui, par son attention découvre en lui-même. C'est par son propre regard que l'on voit, non pas par le regard de l'autre, serait-ce même Krishnamurti ! Donc on peut dire que cette œuvre me montre dans quelle direction regarder, je suis dans une telle confusion, un tel désordre, que cela peut m'aider à y voir plus clair. Mais c'est moi qui regarde, et si une chose me frappe, si une vérité me souffle, alors elle est mienne, elle est en moi. Et c'est cette vérité qui va me faire bouger, me faire agir différemment, sans aucune volonté de ma part. Quand la vérité pénètre dans un esprit, elle travaille d'elle même, sans aucun effort, elle transforme celui qui la porte. Quand cela a lieu, véritablement qu'elle est notre relation avec Krishnamurti ? Voyons cela avec subtilité s'il vous plaît, regardons bien, nous sommes entre amis n'est-ce pas ?

 

    Donc j'étudie, et soudain la vérité s'empare de moi, elle me bouleverse entièrement, là en cet instant, j'ai vu totalement et immédiatement la folie des religions (ce n'est qu'un exemple). Cette vision a mit fin pour toujours à ces croyances illusoires, à cet attachement infantile aux techniques et aux rites ancestraux. Plus aucune croyance ne persiste dans l'esprit, plus aucune référence à tous ces modèles, ces héros traditionnels. L'esprit est au-delà des hommes, dans cette vision l'étudiant est allé au-delà de son histoire, au-delà de son être même. Dans cette vision seule demeure cette vérité, cette lumière qui dissout la pénombre. Dans cette attention bien particulière, quelle est alors la relation avec Krishnamurti ? S'il vous plaît, quelle relation y a-t-il ?

    Peut-être pouvons-nous examiner quelle relation Krishnamurti avait avec la vérité ? Quel lien avait-il avec cette clarté ? Il me semble qu'il a souvent indiqué, que la vérité l'habitait, et que dans ces instants c'est cette vérité qui agissait, que cela l'avait transformé totalement et profondément. Pour expliquer parfois ce qu'il entendait par "l'éveil" de l'esprit, il a indiqué que c'était la fin de "l'illusion du soi", de "l'esprit individuel". Dans un entretien avec André Voisin, alors que celui-ci lui demande "Krishnamurti qui êtes-vous ?", Krishnamurti répond "Rien, je ne suis rien". Dans la perception de la vérité, seule demeure la vérité, et celui qui vit cela est transformé pour toujours. Peut-on dire que Krishnamurti et la vérité ne faisaient qu'un, ou plus justement que quand Krishnamurti s'effaçait, la vérité s'exprimait alors. Non pas en lui, puisqu'il n'était rien, mais à travers lui, au travers de sa personne. N'est-ce pas cette bénédiction qui donne la liberté, cette ivresse de l'innommable que Krishnamurti voulait partager avec les hommes ?

 

    C'est la liberté que Krishnamurti voulait pour nous tous, il ne pouvait la donner, mais n'a cessé de l'indiquer, de la montrer sans relâche. Il n'avait qu'une seule action, on ne parle pas ou peu de la liberté, mais on démonte la prison, on doit sortir de la cellule confortable des traditions bien établies. Donc je perçois la vérité, alors je ne suis pas dans cet instant, seule demeure la vérité, elle remplit tout mon être, malgré l'absence du moi, une plénitude totale est là. La vérité est là, le petit, le mesquin n'est plus. Il n'y a plus de centre dans l'esprit, seule l'immensité de la vérité existe, et alors arrive la liberté. En cela, il n'y a pas le monde et un homme séparé du monde, l'univers entier est là, le monde est un, et excusez-moi cher amis un monde hors du temps existe alors.

    La totalité de la vie est là, l'esprit est relié à toute chose, à tout le cosmos, aux étoiles, aux rivières qui courent dans les bois, aux hirondelles qui chantent dans le ciel. Alors très chers compagnons la question de la relation avec Krishnamurti n'a plus de sens. Il est dans votre cœur, dans votre chair, il est votre sang, et au-delà de lui, bien au-delà une lumière luit dans le monde, ne la voyez-vous pas ?

 

 

 

  Paul Pujol, Correspondances  

  Editions Relations et Connaissance de soi  

 "La relation avec Krishnamurti", pages 88  à 95.  

Partager cet article
Repost0
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 22:19

00016.jpg

 

 

 

     Les politiciens et les religions ont toujours réécrit l'histoire, ramenant la lecture du passé dans le cadre de leurs propres théories. Ils ne cherchent qu'à confirmer leurs points de vus, afin d'asseoir toujours plus leur pouvoir et leur autorité.

    Quand ils parlent d'histoire, ils notent les différences de cultures, ils regardent les autres civilisations, puis ils les évaluent et les jugent d'après leurs propres critères. Mais dans ce cas là, ils n'essayent même pas de comprendre, de saisir le point de vue de "l'autre"; ils comparent juste "l'étranger" par rapport à leur morale et leur religion.

    Il n'y a aucune sympathie, aucun "amour" dans ce regard, c'est le dit "civilisé" qui regarde le soi-disant "sauvage". Il y a une telle arrogance, un tel mépris dans ce regard prétentieux et présomptueux.

 

    Il est indispensable de comprendre et de voir les autres cultures, les autres civilisations, comme autant d'univers mentaux complexes, d'une grande richesse et d'une profondeur tout autant respectable que la "civilisation judéo-chrétienne". Si nous pensons avoir dans notre culture des belles et nobles choses, pourquoi n'en serrait-il pas ainsi ailleurs, sous d'autres cieux et sur d'autres continents? Les civilisations Chinoise, Indienne, Égyptienne, les Indiens d'Amériques, les cultures Islamiques, Ottomanes. Toutes n'ont-t-elles pas données au monde des trésors de finesse dans l'art, la science, la poésie?

    Il y a aussi la guerre, naturellement, et souvent au nom de Dieu, mais l'occident n'a rien à envier sur ce plan là. N'est-ce pas? Les guerres de colonisation d'Amériques du nord, d'Afrique,  et sur le continent Européen, il y eu l'inquisition de l'église, avec ces bûchers, ces tueries. Puis l'Europe c'est déchirée elle-même, entraînant le monde dans l'abîme et l'effroi; deux guerres mondiales, des millions de morts...

    Alors respectons les autres cultures, dans le sens, qu'elles sont aussi profonde que la nôtre. Il y a tant de richesses, de créations et de beauté dans le monde des hommes, et il y a aussi la laideur et la violence, la barbarie. Mais le barbare, c'est d'abord celui qui pense être le centre du monde, celui qui pense que son "petit monde" représente la totalité, l'immensité du monde. Cela ne veut pas dire que nous allons revenir au mythe de bon sauvage, qui est resté pur en vivant dans la nature, cela serait trop ridicule et réducteur. D'ailleurs c'est un point de vue purement colonialiste, teinté de paternalisme protecteur; on ne considère pas ces gens comme des hommes, mais comme des enfants faibles dont il faut s'occuper. On va les prendre en charge, et en fait on va penser pour eux; ils sont ignorants et nous, nous savons ce qui est bon pour eux.

    Donc voyons celui qui est différent, "l'autre", "l'étranger", comme le miroir de notre humanité. Ces croyances ne sont pas plus sottes que les miennes, ses chants sont aussi beaux, et si je sais écouter son histoire recèle une grande beauté.

 

    Voilà, donc je respecte les différences, mais sans les idéaliser. Il peut y avoir un sentiment de vérité dans les autres cultures, comme dans la mienne. Et si je suis un homme de bonne volonté, si je vois toute cette humanité avec ce regard bienveillant, je me rends compte que ma culture, ma morale et ma religion ne détienne pas la vérité absolue. Mon arrogance en prend un sérieux coup, et je me rends compte de la bêtise des intégristes, je vois que j'ai eu jusqu'à présent un certain intégrisme dans ma vision du monde et des hommes. Cette perception me rend immédiatement humble, car je me rends compte que ce que je sais, ce que je connais est très relatif, très, très partiel. Les autres ont aussi une parcelle de cette vérité, et je me rends compte que toute ces parcelles peuvent se parler entre elles, elles s'interpellent mutuellement. Seuls les intégristes s'en offusquent et sont gênés par ce dialogue.

     Là nous voyons que les cultures sont le résultat de l'Histoire, elles racontent toute la même Histoire, mais avec des géographies différentes, dans des climats différents, avec des habitudes et des coutumes qui se sont affirmées avec le temps. Ces différences sont devenues les ferments des différentes cultures, ils ont créés des religions, des civilisations, des courants de pensées. Tous ces mouvements de civilisations n'ont jamais été séparés les uns des autres, ils se sont toujours nourris mutuellement, parfois avec harmonie, parfois avec les fracas de la guerre et de la désolation.

    Il convient vraiment de voir tout cela, nous sommes le produit de ce brassage permanent. Il y a aussi presque toujours eu une compétition, une concurrence pour la domination d'un territoire ou d'un continent, les religions se sont toujours alliées au politique, perdant ainsi tout "sacré" dans leur action. Le seul but étant la recherche du pouvoir, et sa pérennité dans le temps.

    Cela c'est notre "Histoire", faite de beaucoup de larmes et de sang...Alors que faisons-nous aujourd'hui? Allons-nous continuer cette histoire, quelle est notre responsabilité face à ce monde qui est le nôtre? Il y a les nationalités, les différents religions, les partis politiques, tous ces groupes avec leur chef, leur leader, leur pape. Voyons-nous que tout cela détruit le monde, cela fractionne l'humanité? Comprenons-nous que toutes ces actions divisent les hommes, cela crée des camps, des factions rivales, les responsables préparent la guerre, n'est-ce pas? La violence serra le fruit de la séparation, la brutalité serra l'amer résultat de toute cette division.

 

     Alors que faire? Comment agir, sans créer plus de confusion et de violence? Excusez-moi, mais mes amis, en fait cette Histoire doit "finir". C'est à dire qu'il nous faut créer quelque chose de totalement neuf, une nouvelle culture, une nouvelle civilisation. Non pas basé sur la séparation, sur la division, mais sur la vision et la compréhension profonde de notre humanité commune. Peut-on sentir, se rendre compte au plus profond de soi-même, que nous sommes tous unis, par delà les nationalités et les religions. Nous ne sommes pas des Américains, des Indiens ou des Bouddhistes, des Chrétiens, des musulmans, mais nous sommes des êtres humains. Il faut nous libérer des limites instaurées par la société, et découvrir une autre façon d'aborder la vie, une autre manière d'être en relation avec l'autre et avec le monde de la nature tout entier.

    Cette nouvelle culture ne peut-être crée que dans la Liberté intérieure, car véritablement c'est dans la liberté qu'existe la création, alors le neuf entre en existence et, vraiment, un nouveau monde voit le jour. 

 

 

 

   Paul Pujol

Partager cet article
Repost0
Paul Pujol - dans textes paul pujol