10 novembre 2020 2 10 /11 /novembre /2020 14:46

 

 

 

Il existe une regard clair, une vision profonde

 

qui déconditionne l'esprit, et met fin à la souffrance.

           

 

    Depuis plus de trente ans nous étudions les mécanismes de l'esprit et de la pensée. Cette exploration pendant ces nombreuses années a créée une sensibilité qui existe et œuvre encore aujourd'hui.

   Ce site a pour vocation de partager avec vous cette émerveillement d'apprendre et de découvrir.

 

   Vous trouverez ici des informations sur nos activités (conférences, rencontres, séminaires ou autres...), sur la parution de livres, vous pouvez consulter des textes, voir des vidéos, écouter des audio et lire quelques articles de presse.

 

    Pour nous la connaissance de soi inclue également la connaissance du monde, aussi d'autres thèmes vous sont proposés. Vous trouverez des articles parlant de sciences et de cultures, d'étymologie, de J.Krishnamurti, des paroles amérindienne, des écrits premiers de religions, et quelques albums photos pour partager la beauté du monde.

 

      Nous vous souhaitons une agréable visite.

 

 

                                                                                     Paul Pujol

Partager cet article

Repost0
Paul Pujol - dans Bienvenue
10 novembre 2020 2 10 /11 /novembre /2020 14:45

         DSC01949(1)FD    

 

Juin 1990

 

     

 

    La vie de l'homme n'a aucune signification profonde, n'a aucun sens réel, qui soit au-delà de la simple réaction, qui soit autre chose qu'une action due à un conditionnement. L'homme, tout au fond de son être, sait cela, il sait l'illusion des apparences. Le visage peut se voiler de satisfaction, mais l'esprit, lui, ne le peut pas, seuls les sentiments profonds le modèlent et le transforment. L'esprit de l'homme n'est pas touché par les agencements extérieurs, sa crainte et son non-accomplissement sont ses seules bases.

    C'est sur ces bases que l'esprit crée l'illusion du moi, car le moi qui perdure après la mort donne un espoir, puisque tout ne s'achève pas. Le non-accomplissement de l'esprit est moins pesant, car il y a de nombreux futurs pour s'accomplir. Tout ceci apaise l'esprit, car on lui donne une échappatoire, son état présent n'est pas irrémédiable, demain la solution sera trouvée. Et l'esprit se satisfait, l'inertie et la somnolence s'installent, ce qui aide encore à mieux oublier ce qui est présent, là, tout au fond, c'est à dire le centre même de l'esprit. Voyons que ce mécanisme ne résout aucune chose, il permet à l'esprit de s'assoupir et de ne pas affronter la réalité ; cela entraîne une satisfaction des limites. L'esprit s'émousse, car il accepte la laideur en lui, il ne veut pas la détruire, il la gère de son mieux afin de subir le moins de dérangement possible.

 

    Quels sont les fondements de la crainte, et du sentiment de non-accomplissement de l'esprit ?  La crainte de l'esprit humain est essentiellement basée sur le refus viscéral de la mort. L'esprit de l'homme tout au long de son existence à façonné l'image d'un moi, c'est-à-dire une partie de l'esprit qui soit autre que la matière, que le physique. Cette croyance est créée par le mouvement permanent de la pensée, celle-ci cherche toujours à se prolonger dans le temps, à exister sur une base statique, figée. Cette croyance est étroitement liée au sentiment de non-accomplissement, chaque homme possède cela en lui, mais très peu arrivent à définir exactement cet état intérieur.  

    Qu'est-ce donc que le non-accomplissement ? Une chose qui n'arrive pas à s'accomplir pleinement, c'est une chose qui n'arrive pas à utiliser la totalité de ses possibilités. C'est un état, où un être humain doué de vie et de sensibilité extrême, ne peut exprimer pleinement toutes ses facultés. Donc au tréfonds de l'homme siège son esprit, cet esprit ne peut vivre pleinement, ne peut s'exprimer entièrement. Quel rapport existe-t-il, entre cet esprit individuel non-accompli, et la croyance profonde du moi ? Le moi est considéré comme étant "la partie divine" de l'esprit, cela est son essence même. Donc l'esprit n'est pas essentiellement crainte, violence, jalousie et ambition ; étant d'essence divine, il n'est plus uniquement un produit conditionné. Aucun être humain ne peut s'accomplir pleinement si son action est limitée par des démarcations, si belles soient-elles. Le moi est la partie privilégiée de l'esprit, mais l'esprit de l’homme dans sa totalité n’est-il pas un produit entièrement conditionné. Les sensations, la mémoire, le cerveau, les pensées et les sentiments, tout cela forme l'esprit humain. Il ne peut agir autrement que par référence aux conditions de toute vie ; cela n'est ni triste, ni gai, ni plaisant ou déplaisant, "cela est".

 

    L'esprit peut créer l'illusion d'un moi différent, ce moi est engendré par l'esprit, par la pensée. Par cela nous voyons que le moi est également violent, haineux et ambitieux, car il ne vit que pour ses existences futures, il méprise le présent et les actes simples de la vie quotidienne. Le moi désire seulement se préoccuper de vie mystérieuse et spirituelle, mais cette action entraîne un mouvement égocentrique très important.  

    Voyons l'ensemble du processus : l'esprit humain est incomplet, il sent qu'il ne vit pas pleinement, il se sent limité. Ce sentiment d'insatisfaction, de non-réalisation, entraîne la recherche, la croyance, et l'existence d'un "moi divin", partie qui transcende la mort et les conditions de vie humaine. Nous voyons que dans la réalité, le moi qui est une partie de l'esprit, est identique à l'esprit. Il vit par le désir, la mesquinerie et la tromperie, ses "qualités" sont identiques à celles de l'esprit. Alors l'esprit au travers de sa croyance, perçoit confusément que même comme cela, il demeure limité, il ne peut s'épanouir totalement. L'esprit humain peut-il s'accomplir véritablement ? L'esprit humain est un ensemble qui comporte le cerveau, la mémoire et les pensées, sur cela se greffe tout le reste : sensations, émotions, sentiments. Regardons avec lucidité ce qui est, usons de la vision profonde : l'esprit tel qu'il est, n'arrive pas à vivre une totale plénitude. Donc nous voyons que les sensations, les émotions et les sentiments ne suffisent pas pour amener la plénitude dans l'être. Nous avons mis de côté la croyance dans une entité "immortelle et divine", nous avons vu son illusion ; car cela était simplement une partie de l'esprit, et donc était de même essence. Regardons maintenant ce que nous appelons l'esprit humain, nous pensons tous avoir un esprit propre, un esprit différent d'autrui. Nous sommes persuadés que notre cerveau est unique, que nos pensées sont personnelles, c'est-à-dire qu'elles sont forcément différentes des pensées de notre voisin.  

 

    Mais cela est-il réel ? Suis-je véritablement différent de l'autre ? Lui aussi a l'impression d'être brimé, il connaît aussi cette même solitude, il recherche désespérément l'amour, comme moi et comme tout un chacun. Le mouvement de la pensée est identique dans tous les hommes, c'est à dire que cela est un mouvement, une quête incessante de réalisation, de perfectionnement de soi. Une amélioration constante qui donne naissance au concept de temps psychologique. Nous avons rejeté le moi, mais à l'intérieur de nous, l'esprit poursuit son œuvre. La pensée crée des images de lendemains meilleurs, et l'homme court après ces paradis futurs ; mais jamais l'homme n'atteint le futur, il demeure toujours dans le présent. Notre esprit n'a pas de caractéristiques qui le mettent hors de l'humanité. Le fonctionnement du cerveau, des pensées, est le même pour tous les êtres humains. Cela entraîne que la liberté ne se trouve pas dans l'illusion d'un esprit séparé, autonome, indépendant du monde qui l'entoure.

    Sommes-nous donc voués à être des clones amorphes, tous moulés sur un même schéma ? Nous voyons, que plus l'homme utilise son esprit pour devenir libre, plus il s'enchaîne à des actions mécaniques. L'esprit humain peut-il avoir d’autres moyens d’investigation que la pensée et la mémoire? Voyons d'abord que l'homme n'est que mémoires. Ses pensées, ses déductions, ses actions sont basées sur la mémoire. Donc si on va au-delà de la mémoire, on va au-delà de l'homme. L'esprit humain peut-il être simplement "esprit" ? Existe-t-il autre chose que la mémoire ? Nous touchons quelque chose d'essentiel. L'esprit de l'homme, son cerveau, peuvent-ils exister au-delà de toute mémoire, de toute référence ?

 

    Il est dit à travers le monde, que le cerveau n'utilise réellement que très peu de ses possibilités. Le cerveau peut-il avoir d’autres fonctions que celle de mémoriser ? Cette action mécanique, si elle seule existe, ne fait-elle pas partie de ce qui sclérose l'esprit ? L'homme est en permanence submergé par ses pensées, il ressasse constamment ses malheurs et ses peines, ou bien il s'enlise dans les souvenirs de délices passés. Cela détériore l'esprit, le cerveau se réduit à cela. Mais regardons l'oiseau qui s'envole en criant, voyons le regard clair et vif du chien prêt pour le jeu ; n'y a-t-il pas là un message, une indication ? Lorsque l'on se trouve face à une chaîne de montagnes enneigées, ou face à un crépuscule finissant, irradiant de rouge le ciel entier, pendant quelques instants la crainte et la souffrance se sont dissipées. L'esprit pendant quelques instants s'est trouvé soulagé de son fardeau. Devant le spectacle grandiose de la nature, les pensées se sont tues momentanément. Pendant le ravissement, la mémoire et les souvenirs, tout cela n'existait plus, seul comptait la beauté offerte au monde par la montagne ou le ciel.

    Dans cet instant, voyons quelle était l'action de l'esprit, du cerveau : pas de mots, pas de pensées, aucune mémoire, seul comptez ce qui était présent. Dans l'esprit il n'y avait qu'une seule chose, c'était de l'attention, un regard attentif à ce qui est. Dans cette action, le cerveau également est attentif, c'est à dire qu'il demeure silencieux, sans message aucun, mais il n'est pas endormi, en fait il palpite et vibre, tellement l'attention le tient en éveil. Dans l'attention, le cerveau est au repos, inactif. Celui-ci est immobile, alors c'est l'esprit qui perçoit directement, sans commentaire, sans analyse. Le cerveau, par son silence, permet à l'esprit de "voir". Cette vision n'a aucun lien avec la mémoire et l'éducation, n'a aucune relation avec le conditionnement humain ; c'est seulement dans cette action que l'esprit "est" autre. Cette vision directe de l'esprit discerne véritablement les choses telles qu'elles sont. Cette action a pour effet de se clarifier elle-même, lorsque la lumière touche la pénombre, la clarté va en grandissant sans cesse. 

 

    La vision directe, profonde, libère des chaînes du moi et de la mémoire ; et c'est seulement quand toutes les chaînes sont rompues, que l'esprit peut croître et se développer totalement, pleinement. Sans la vision profonde, qui est clarté et lumière, aucun être ne peut briser la crainte et l'appréhension, aucun être ne peut s'accomplir totalement.

    La vision profonde dénoue tout problème sur lequel elle se pose ; - son regard efface toute blessure, toute peine, ainsi que toute violence et toute haine.

    Alors, lorsque toutes les frontières sont tombées, alors l'esprit peut croître démesurément, il peut remplir les cieux et l'univers ; - il peut devenir l'étoile et l'abeille, car alors c'est l'esprit qui "est", et cela n'est autre que l'infini.

 

      

       

    Paul Pujol, "Senteur d'éternité"

    Editions Relations et Connaissance de soi

    "Le non accomplissement, ou la crainte de l'esprit", pages 123 à 129. 

Partager cet article

Repost0
Paul Pujol - dans textes paul pujol
3 novembre 2020 2 03 /11 /novembre /2020 09:41

 

   

    Il y un grand paradoxe dans la recherche de la liberté spirituelle, la plupart des personnes pensent qu’il y a un long parcourt à faire, qu’il faut beaucoup de temps d’étude, d’années de recherche et d’enquête.

    Mais je vois que cela est incorrect, totalement incorrecte, la liberté est au commencement, pas à la fin. La fin n’existe pas, sauf dans notre esprit, c’est un temps intérieur qui s’exprime en tant que volonté de réalisation. C’est une ambition qui vit dans un temps psychologique imaginaire.

    Demain, ou après-demain je serais libre, ce faisant on repousse l’aspect vital de la liberté et son urgence.

 

    Seul ce qui existe dans le présent compte et est réel. Suis-je libre, suis-je conditionné ? Ces questions primordiales, exigent une réponse immédiate, une vision direct de ce que nous sommes.

    Suis-je conditionné ? Oui assurément, c’est là un fait, non pas une idée ou une théorie. Je suis conditionné par mon environnement, par la culture, la politique, la religion, par l’espace et le temps dans le quel je vis.

    Dans cette vision claire, il n’y a aucune tristesse, aucune fuite devant cette réalité, si on regarde de très prés, on est totalement silencieux, et l’esprit est totalement immobile. Il n’y a aucune pensée qui demande comment ne plus être conditionné, le non conditionnement n’est qu’une idée, un processus imaginaire qui nous éloigne du simple fait, « je vis dans le conditionnement ».

 

    Quand on voit vraiment ce que cela est, que nous vivons par les idées des autres, par l’influence de la société, de nos lectures, de nos amis, de notre famille. Nous voyons que ne sommes que le jouet de multiples influences et tendances contradictoires. Comme un bateau ivre sans gouvernail, poussé de-ci delà par les vents tempétueux de l’existence. Je mange, je fume, je bois, et je me comporte avec les autres, sans aucune conscience de mes actes et de leur motivations.

    Dans les faits, je n’ai aucune conscience de la manière dont je vis.

    Si on voit cela très clairement, on ne peut l’accepter, le tolérer, et donc on refuse cet état léthargique d’inconscience. On ne demande pas comment puis-je m’en sortir ? On en sort par l’acuité de cette  vision pénétrante qui est action.

    D’un seul coup on est en dehors du conditionnement, la liberté et là, pure et vibrante.

 

    Oui, la liberté est au commencement, pas à la fin, il n’y a pas de fin. Il y a plus de quarante ans, un tout jeune homme a découvert cela, c’est à partir de cette liberté que le véritable voyage commence.

    Le voyageur doit être libre, sans bagages, alors il peut aller aux confins même de l’univers.

   Ce mouvement de méditation va même au-delà de l’univers, entrevoyant l’origine de tout ce qui est, origine qui elle-même n’a jamais eu aucun commencement, ni début…

 

 

    Paul Pujol.

 

Partager cet article

Repost0
Paul Pujol
30 octobre 2020 5 30 /10 /octobre /2020 16:21
6 décembre 2020 à TREVOUX: Journée Connaissance de soi.

 

 

Journée Connaissance de soi

 

 à Trévoux

 

 

Dimanche 6 décembre 2020.

 

 

Un jour de dialogue et d'exploration de l'esprit, des mécanismes

de la pensée et de la mémoire.

 

 

Thème de la journée:

 

Le thème de la journée est libre, il sera décidé

 

avec les participants.

 

 

Horaires: 

 

 10 h à 12 h: Dialogue et exploration entre les participants.

12 h: Pause déjeuner.

(Repas pris dans un restaurant du village)

14 h 30: Reprise du dialogue.

16 h 30 / 17 h: Clôture de la journée.

 

Adaptation à la crise sanitaire

et aux décisions gouvernementales:

Participation limitée à six personnes...

Inscription obligatoire vu le nombre de places limité.

 

 

Participation: 40 € la journée.

Si difficultés financières, participation libre.

 

 

Lieu de la rencontre :

37 route de Reyrieux 01600 Trévoux.

 

 

Inscriptions, animation et renseignements:

 

Paul PUJOL

Tél : 06 82 33 09 05 / pujolpaul@msnn.com

Apprendre ensemble 

 

Nous tenons à rappeler que l'étude des mécanismes de l'esprit, se fait sans aucune forme d'autorité. Le but de cette journée est de découvrir et d'explorer ensemble, c'est à dire d'essayer de voir directement comment fonctionne notre esprit. Cela n'est possible que si nous ne nous référons pas à nos conclusions, opinions ou théories. Bref si nous venons avec nos idées pour parler de celles-ci, en réalité nous ne communiquons pas vraiment avec autrui. Nous discutons de notre point de vue concernant telle ou telle chose, alors que ce que nous proposons c'est de voir les choses directement, face à face. Pouvons-nous percevoir les mécanismes de l'esprit et la vie dans son ensemble, sans interférences de la pensée? Est-ce possible? Est-ce une douce utopie? Nous vous proposons de découvrir ce qu'est apprendre, non pas dans le sens d'accumuler un savoir, de devenir compétent, mais apprendre dans le sens de comprendre, de voir par soi-même, de découvrir ce qui était

confus, flou, ou difficilement perceptible.

Il existe une joie d'apprendre, et cela n'a rien à voir avec un effort intellectuel, c'est juste le bonheur de découvrir le monde et soi-même comme un même mouvement, immense et sans fin. Cette vision directe, profonde, clarifie sans cesse l'esprit, il devient alors silencieux, calme, et il découvre une paix profonde et immense.  

Sans cette paix, l'homme ne peut pas vivre heureux et épanoui, libre de la peur et de libre de la peur et de la souffrance. 

Dans nos échanges, il est important d'avoir une écoute et une réelle affection pour l'autre, sans cette affection toute communication véritable est vaine.

 

 

 

Relations et Connaissance de soi.

Paul Pujol, 37 Route de Reyrieux 01600 Trévoux

06 82 33 09 05 / pujolpaul@msn.com

N° de SIRET 382 967 008 00063

http://www.paul-pujol.net

Partager cet article

Repost0
Paul Pujol - dans Activités 2020
4 octobre 2020 7 04 /10 /octobre /2020 08:39

 

 Voici la présentation d'un film récent sur la vie et les idées de David Bohm.

 

 

   Infinite Potentiel

(film en Anglais, je ne sais pas si une version Française est prévue...).

 

   A propos du film, présentation du site (traduction Google et corrections personnelles). 

 

   En racontant l'histoire peu connue de David Bohm et en évoquant les domaines qu'il a explorés dans ses recherches, INFINITE POTENTIAL nous emmène dans un voyage fascinant et immersif dans le mystère de la Conscience –– à travers l'utilisation d'une musique envoûtante et de riches représentations visuelles.

 

   Le film comprend des entrevues avec des sommitées telles que le Dalaï-lama, l'artiste estimé Antony Gormley, le philosophe et physicien d'Oxford Sir Roger Penrose, et bien d'autres qui ont été influencés par l'œuvre révolutionnaire de Bohm.

   Ayant grandi dans une pauvre ville charbonnière de Pennsylvanie pendant la Grande Dépression, David Bohm possédait une intelligence rare et non conformiste qui déroutait ses parents et ses pairs. Après avoir obtenu une bourse pour aller à l'université, Bohm a attiré l'attention des plus grands esprits de la science, y compris Robert Oppenheimer, le père de la bombe atomique, qui est devenu son directeur de thèse mais se retournera éventuellement contre lui. Les explorations de Bohm l'ont amené à avoir l'intuition d'un ordre caché à la réalité - le Potentiel Quantique - qui sous-tend à la fois le monde microscopique des particules subatomiques et aussi le monde macro des étoiles et des galaxies.

   Bohm s'était tourné vers la pensée orientale et les traditions de sagesse de l'Inde pour parler de quelque chose qui sous-tend toute la création - un domaine que les mystiques connaissent depuis des millénaires et la science moderne ne fait que commencer à explorer.

   Les idées révolutionnaires de Bohm étaient bien en avance sur leur temps - une menace pour l'orthodoxie scientifique. Et c'est pourquoi il a été renvoyé.

 

   Aujourd'hui, l'University College London et l'Université de Toronto mènent des expériences pour prouver l'existence du potentiel quantique, qui pourrait révolutionner la pensée humaine, notre relation avec la planète –– et David Bohm pourrait bien devenir un nom familier.

 

   Ci-dessous, David Bohm en conversation avec le philosophe et écrivain indien Jiddu Krishnamurti, avec qui il a eu des échanges pendant vingt-cinq ans.

 

 

 

   Voir toutes les informations sur le lien suivant: Infinite Potentiel.

Partager cet article

Repost0
Paul Pujol - dans Culture