Informations et activités

 

Accueil

Rencontres

Photos de rencontres

Audio

Vidéos

Textes

Livres

Librairies partenaires 

 

Vous pouvez aussi nous suivre sur:

Facebook YouTube          

Rechercher

Newsletter

Ma Newsletter

7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 22:19

00016.jpg

 

 

 

     Les politiciens et les religions ont toujours réécrit l'histoire, ramenant la lecture du passé dans le cadre de leurs propres théories. Ils ne cherchent qu'à confirmer leurs points de vus, afin d'asseoir toujours plus leur pouvoir et leur autorité.

    Quand ils parlent d'histoire, ils notent les différences de cultures, ils regardent les autres civilisations, puis ils les évaluent et les jugent d'après leurs propres critères. Mais dans ce cas là, ils n'essayent même pas de comprendre, de saisir le point de vue de "l'autre"; ils comparent juste "l'étranger" par rapport à leur morale et leur religion.

    Il n'y a aucune sympathie, aucun "amour" dans ce regard, c'est le dit "civilisé" qui regarde le soi-disant "sauvage". Il y a une telle arrogance, un tel mépris dans ce regard prétentieux et présomptueux.

 

    Il est indispensable de comprendre et de voir les autres cultures, les autres civilisations, comme autant d'univers mentaux complexes, d'une grande richesse et d'une profondeur tout autant respectable que la "civilisation judéo-chrétienne". Si nous pensons avoir dans notre culture des belles et nobles choses, pourquoi n'en serrait-il pas ainsi ailleurs, sous d'autres cieux et sur d'autres continents? Les civilisations Chinoise, Indienne, Égyptienne, les Indiens d'Amériques, les cultures Islamiques, Ottomanes. Toutes n'ont-t-elles pas données au monde des trésors de finesse dans l'art, la science, la poésie?

    Il y a aussi la guerre, naturellement, et souvent au nom de Dieu, mais l'occident n'a rien à envier sur ce plan là. N'est-ce pas? Les guerres de colonisation d'Amériques du nord, d'Afrique,  et sur le continent Européen, il y eu l'inquisition de l'église, avec ces bûchers, ces tueries. Puis l'Europe c'est déchirée elle-même, entraînant le monde dans l'abîme et l'effroi; deux guerres mondiales, des millions de morts...

    Alors respectons les autres cultures, dans le sens, qu'elles sont aussi profonde que la nôtre. Il y a tant de richesses, de créations et de beauté dans le monde des hommes, et il y a aussi la laideur et la violence, la barbarie. Mais le barbare, c'est d'abord celui qui pense être le centre du monde, celui qui pense que son "petit monde" représente la totalité, l'immensité du monde. Cela ne veut pas dire que nous allons revenir au mythe de bon sauvage, qui est resté pur en vivant dans la nature, cela serait trop ridicule et réducteur. D'ailleurs c'est un point de vue purement colonialiste, teinté de paternalisme protecteur; on ne considère pas ces gens comme des hommes, mais comme des enfants faibles dont il faut s'occuper. On va les prendre en charge, et en fait on va penser pour eux; ils sont ignorants et nous, nous savons ce qui est bon pour eux.

    Donc voyons celui qui est différent, "l'autre", "l'étranger", comme le miroir de notre humanité. Ces croyances ne sont pas plus sottes que les miennes, ses chants sont aussi beaux, et si je sais écouter son histoire recèle une grande beauté.

 

    Voilà, donc je respecte les différences, mais sans les idéaliser. Il peut y avoir un sentiment de vérité dans les autres cultures, comme dans la mienne. Et si je suis un homme de bonne volonté, si je vois toute cette humanité avec ce regard bienveillant, je me rends compte que ma culture, ma morale et ma religion ne détienne pas la vérité absolue. Mon arrogance en prend un sérieux coup, et je me rends compte de la bêtise des intégristes, je vois que j'ai eu jusqu'à présent un certain intégrisme dans ma vision du monde et des hommes. Cette perception me rend immédiatement humble, car je me rends compte que ce que je sais, ce que je connais est très relatif, très, très partiel. Les autres ont aussi une parcelle de cette vérité, et je me rends compte que toute ces parcelles peuvent se parler entre elles, elles s'interpellent mutuellement. Seuls les intégristes s'en offusquent et sont gênés par ce dialogue.

     Là nous voyons que les cultures sont le résultat de l'Histoire, elles racontent toute la même Histoire, mais avec des géographies différentes, dans des climats différents, avec des habitudes et des coutumes qui se sont affirmées avec le temps. Ces différences sont devenues les ferments des différentes cultures, ils ont créés des religions, des civilisations, des courants de pensées. Tous ces mouvements de civilisations n'ont jamais été séparés les uns des autres, ils se sont toujours nourris mutuellement, parfois avec harmonie, parfois avec les fracas de la guerre et de la désolation.

    Il convient vraiment de voir tout cela, nous sommes le produit de ce brassage permanent. Il y a aussi presque toujours eu une compétition, une concurrence pour la domination d'un territoire ou d'un continent, les religions se sont toujours alliées au politique, perdant ainsi tout "sacré" dans leur action. Le seul but étant la recherche du pouvoir, et sa pérennité dans le temps.

    Cela c'est notre "Histoire", faite de beaucoup de larmes et de sang...Alors que faisons-nous aujourd'hui? Allons-nous continuer cette histoire, quelle est notre responsabilité face à ce monde qui est le nôtre? Il y a les nationalités, les différents religions, les partis politiques, tous ces groupes avec leur chef, leur leader, leur pape. Voyons-nous que tout cela détruit le monde, cela fractionne l'humanité? Comprenons-nous que toutes ces actions divisent les hommes, cela crée des camps, des factions rivales, les responsables préparent la guerre, n'est-ce pas? La violence serra le fruit de la séparation, la brutalité serra l'amer résultat de toute cette division.

 

     Alors que faire? Comment agir, sans créer plus de confusion et de violence? Excusez-moi, mais mes amis, en fait cette Histoire doit "finir". C'est à dire qu'il nous faut créer quelque chose de totalement neuf, une nouvelle culture, une nouvelle civilisation. Non pas basé sur la séparation, sur la division, mais sur la vision et la compréhension profonde de notre humanité commune. Peut-on sentir, se rendre compte au plus profond de soi-même, que nous sommes tous unis, par delà les nationalités et les religions. Nous ne sommes pas des Américains, des Indiens ou des Bouddhistes, des Chrétiens, des musulmans, mais nous sommes des êtres humains. Il faut nous libérer des limites instaurées par la société, et découvrir une autre façon d'aborder la vie, une autre manière d'être en relation avec l'autre et avec le monde de la nature tout entier.

    Cette nouvelle culture ne peut-être crée que dans la Liberté intérieure, car véritablement c'est dans la liberté qu'existe la création, alors le neuf entre en existence et, vraiment, un nouveau monde voit le jour. 

 

 

 

   Paul Pujol

Partager cet article

Repost 0
Paul Pujol - dans textes paul pujol