9 janvier 2021 6 09 /01 /janvier /2021 15:15
19 septembre 2021 à TREVOUX: Journée Connaissance de soi.

 

 

Journée Connaissance de soi

 

 à Trévoux

 

 

Dimanche 19 septembre 2021.

 

 

Un jour de dialogue et d'exploration de l'esprit, des mécanismes

de la pensée et de la mémoire.

 

 

Thème de la journée:

 

 

"Pourquoi les hommes vivent-ils

 

dans la division ? "

 

 

 

Pourquoi vivons-nous dans la séparation et la division ?

 

Cette division crée inévitablement des conflits,

 

et une grande violence.

 

Quelle est l’origine de ce sentiment de séparation?

 

Celui- ci existe par rapport aux autres, mais aussi 

 

par rapport à la vie elle- même.

 

 

Horaires: 

 

 9 h 30 à 12 h: Dialogue et exploration entre les participants.

12 h: Pause déjeuner.

(Repas pris sur place en terrasse à côté du jardin,

chacun amène un plat végétarien salé ou sucré à partager.)

14 h 15: Reprise du dialogue.

16 h 30: Clôture de la journée.

 

 

Participation: 40 € la journée.

Si difficultés financières, veuillez-nous contacter.

 

 

Lieu de la rencontre :

37 route de Reyrieux 01600 Trévoux.

 

Animations et renseignements: 

 

Paul PUJOL

Tél : 06 82 33 09 05 / pujolpaul@msn.com 

 

Apprendre ensemble 

 

Nous tenons à rappeler que l'étude des mécanismes de l'esprit, se fait sans aucune forme d'autorité. Le but de cette journée est de découvrir et d'explorer ensemble, c'est à dire d'essayer de voir directement comment fonctionne notre esprit. Cela n'est possible que si nous ne nous référons pas à nos conclusions, opinions ou théories. Bref si nous venons avec nos idées pour parler de celles-ci, en réalité nous ne communiquons pas vraiment avec autrui. Nous discutons de notre point de vue concernant telle ou telle chose, alors que ce que nous proposons c'est de voir les choses directement, face à face. Pouvons-nous percevoir les mécanismes de l'esprit et la vie dans son ensemble, sans interférences de la pensée? Est-ce possible? Est-ce une douce utopie? Nous vous proposons de découvrir ce qu'est apprendre, non pas dans le sens d'accumuler un savoir, de devenir compétent, mais apprendre dans le sens de comprendre, de voir par soi-même, de découvrir ce qui était confus, flou, ou difficilement perceptible.

Il existe une joie d'apprendre, et cela n'a rien à voir avec un effort intellectuel, c'est juste le bonheur de découvrir le monde et soi-même comme un même mouvement, immense et sans fin. Cette vision directe, profonde, clarifie sans cesse l'esprit, il devient alors silencieux, calme, et il découvre une paix profonde et immense.  

Sans cette paix, l'homme ne peut pas vivre heureux et épanoui, libre de la peur et de libre de la peur et de la souffrance. 

Dans nos échanges, il est important d'avoir une écoute et une réelle affection pour l'autre, sans cette affection toute communication véritable est vaine. 

 

Relations et Connaissance de soi.

Paul Pujol, 37 Route de Reyrieux 01600 Trévoux

06 82 33 09 05 / pujolpaul@msn.com

N° de SIRET 382 967 008 00063

http://www.paul-pujol.net

Partager cet article
Repost0
3 janvier 2021 7 03 /01 /janvier /2021 09:56

 

 

 Voici une des vidéos qui a servi de support pour notre

séminaire du Nouvel An.

 

En remerciant, tous les participants à cette belle rencontre.

 

Partager cet article
Repost0
2 janvier 2021 6 02 /01 /janvier /2021 19:54

 

 

    Depuis le mois de juillet 2020, nous avons commencé à avoir des entretiens individuels par visioconférence.

    Etant très sceptique au début sur ce mode de communication, il a fallu l'insistance d'une personne pour lancer un test de plusieurs dialogues (5 entretiens). A notre grande surprise cela fut très satisfaisant, tant dans l'échange, que dans le développement de l'exploration de l'esprit.

    Devant ce constat, nous avons donc décidé de proposer de tels dialogues individuels à tous.

 

    Il s'agit d'un échange qui se fait en se questionnant sur les mécanismes de l'esprit et de la conscience. C'est en quelque sorte, un voyage, ou une enquête que nous menons ensemble, avec un certain doute. Nous nous laissons la liberté de tout remettre en cause et n'acceptons aucune idée préétablie. Le voyageur qui veut aller loin, ne doit pas avoir trop de bagages.

   Il ne s’agit pas ici de thérapie, ou d’introspection spéculative, nous essayons de découvrir ensemble le fonctionnement de l’esprit.

 

   En quelque sorte, c’est un mouvement où l’on essaie de découvrir l’acte de voir. C'est-à-dire le fait de voir directement ce qui est, sans l’entremise de la pensée ou de la mémoire.

Voir le texte "Voir par soi-même".

 

En faisant cela, on comprend que voir, n’est absolument pas personnel, et l’on découvre alors la grande joie d’apprendre avec autrui.

   Dans un entretien, si une personne voit véritablement, et que l’autre est bien présent et attentif, alors cette vision est la vision des deux participants. Nous découvrons par cela l’acte de voir ensemble.

Voir le texte "Voir ensemble".

 

   Ces échanges ont une durée de 1h30 à 2h maximum. La tarification est modulable selon les personnes, elle est comprise entre 40 et 70 €.

 

    Selon notre agenda d'activités, il est possible qu'il existe un délai plus ou moins important pour pouvoir faire ces entretiens.

 

    Pour faire votre demande, veuillez nous contacter par mail pujolpaul@msn.com 

 

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2020 6 03 /10 /octobre /2020 17:26

 

 

Nous avons le plaisir et la joie de vous annoncer un

nouveau séminaire à Angoulême.

 

Nous aurons une conférence le vendredi soir 22 octobre,

suivie de questions-réponses.

 

Puis le 23 et 24 octobre, nous aurons deux jours de séminaire,

où nous explorerons la nature de la compassion, en lien avec

la sensibilité et l'intelligence créatrice.

 

 

Si vous désirez participer et être des nôtres, pensez

à bien vous inscrire...

22 au 24 octobre à Angoulême: Séminaire Connaissance de soi avec Paul Pujol
22 au 24 octobre à Angoulême: Séminaire Connaissance de soi avec Paul Pujol
Partager cet article
Repost0
30 septembre 2020 3 30 /09 /septembre /2020 10:57

 

 

Trévoux le19 juillet 2010DSC01400  

 

 

    Tout le monde parle du silence, partout on vante cet état, c'est devenu un tel lieu commun, une telle platitude. Chacun dit connaître le silence, mais personne ne veut se taire, personne ne sait se taire ; qui donc a vu mourir le mouvement de ses pensées, réellement et très concrètement ? Celui qui connaît le silence n'en parle pas, ou très, très rarement.

    Qu'est-ce que le silence ? Quel est l'état de l'esprit qui découvre ce rivage ? Est-ce cet esprit qui a toujours était en mouvement, qui a toujours ruminé ses pensées ; cet esprit qui s'est bâti sur ces pensées, sur l'expérience, sur la mémoire ? Cette mémoire a construit le sentiment du "moi", au fil du temps, petit à petit, tout au long de la vie. Nous sommes cette mémoire, nous sommes le résultat du processus de la pensée, étant fabriqués par elle, nous en sommes les représentants.

 

    Pouvons-nous examiner ce qu'est au juste la mémoire ? Qu'est-ce que la mémoire ? C'est un mouvement basé sur des souvenirs, sur des enregistrements d'événements. Nous avons une action, un contact avec le monde, une expérience que nous enregistrons. Cette mémoire est stockée dans le cerveau, puis lors d'une nouvelle action, nous ressortons cette information pour agir. Il y a d'abord un contact avec le monde, puis il y a enregistrement, stockage, et ensuite il y a utilisation de la mémoire par le truchement de la pensée.

    La pensée se sert de la mémoire pour agir, ou plutôt la pensée est l'expression de la mémoire, des souvenirs. Le mouvement des pensées, c'est l'expression en apparence actualiser de la mémoire ; en apparence seulement, car la mémoire est un processus lié à lui-même. La dernière expression en fait est reliée à l'ensemble du processus, tout le mouvement se trouve inclus dans l'ultime pensée. C'est un mouvement d'accumulation, ou les bases servent toujours de support aux dernières strates, tous les éléments sont interdépendants et liés ensemble ; en fait c'est tout simplement un seul et même mouvement. Il se poursuit et se prolonge sans cesse, sans arrêt il rajoute des éléments, mais aussitôt il les teinte de son histoire, de ses tendances.

    

    Nous voyons que la mémoire est un processus, qui s'auto alimente constamment par l'expérience, mais aussi à un certain moment par le discours intérieur. Il peut y avoir des expériences extérieures, et des expériences intérieures, n'est-ce pas ? Donc nous avons vu que la pensée est basée sur la mémoire, et sur la recognition de cette mémoire. La pensée se meut toujours à l'intérieur d'un même espace, elle reste toujours dans le champ de l'expérience, du connu. Voyons bien que ce connu, c'est son histoire et sa vie ; par "sa vie" nous entendons le passé vécu, les souvenirs des nombreux hier. Les lointains jours heureux et les jours de tristesse, de peine, voilà ce qu'est le souvenir de nos vies.

    Qu'est-ce que cela veut dire ? Quel est le lien avec le silence, et avec la souffrance de la vie ici bas ? Excusez-moi pour cette interrogation qui vient maintenant ; quelque chose de nouveau, de totalement neuf peut-il être reconnu ? Un jour une chose totalement inédite, compétemment inconnue arrive, l'esprit peut-il non pas reconnaître cela, mais peut-il connaître cette chose ? Peut-il l'appréhender, la comprendre même ?

    L'ensemble du cerveau est le résultat, le produit de la mémoire, la pensée œuvre en son sein, elle en est l'expression. Avons-nous vu que ce mouvement qui se rattache à lui-même crée une sorte de continuité ? Il y a une suite ininterrompue de commentaires, de constats, de jugements, et sur cette suite sans fin, se crée un fort sentiment de durée ; un sentiment de permanence prend place dans l'homme. Cela s'inscrit dans son cœur et dans son esprit, la croyance du "moi" a pris racine, vous pouvez aussi dire le "je", ou bien "l'âme", qu'importe le mot ; c'est cette croyance, cette certitude qui existe.

    Nous voyons également que cette notion de durée, de continuité, ce sentiment crée réellement le temps psychologique, temps qui se superpose et se mêle au temps biologique. C'est sur cette échelle du temps intérieur, que l'esprit vit et projette son avenir glorieux, car après le passé, l'esprit mise beaucoup sur l'avenir, sur le futur. Cela donne un espoir, car ce que je n'ai pas pu faire maintenant, je le réaliserais demain ou après-demain.

    L'homme vogue entre la nostalgie du passé et l'espoir du futur. Et voyons que ce futur est basé lui aussi sur le passé, car quand on pense à l'avenir, on le fait toujours d'après ses expériences et ses conclusions, qui sont toutes issues essentiellement du passé. N'est-ce pas pour cette raison que l'homme ne change jamais ? Il modifie juste en surface sa vie, change de voiture ou de travail, déménage dans un autre pays. Mais l'esprit lui ne change pas ; rien de neuf ne vient fleurir le cœur de l'homme, et le monde continu tel qu'il est.

   

    Donc qu'est-ce que le silence, le véritable silence, pas le mot ou une vague description romantique, un sentiment évasif ? Réellement qu'est ce que le silence, qu'est-ce que cette immensité ? Procédons très simplement s'il vous plaît, le silence serait peut-être l'absence de bruit ? Pour l'esprit, quel est ce bruit, ce vacarme ? Est-ce le mouvement des pensées, ce bavardage constant dans l'esprit ? Le silence serait au minimum la suspension de la pensée, au moins pour un court instant ; soyons humble s'il vous plaît.

    Pendant un instant bref, les pensées peuvent-elles être absentes ? Est-ce réel ou bien est-ce une illusion que se joue l'esprit à lui-même ? Le silence est donc l'absence de pensées, cela veut dire que l'esprit n'utilise pas sa mémoire, ses nombreuses connaissances. Donc si ce silence est réel, on ne compare pas "ce qui est" à ce "qui a été" ; on ne peut tout simplement pas le faire, car la mémoire reste silencieuse. Le silence c'est d'abord le silence de l'esprit lui-même, celui de la pensée et de la mémoire. C'est l'ensemble de l'esprit qui baigne dans ce silence.

    Quand l'esprit touche le silence, il découvre alors une chose totalement inédite, totalement neuve, comme le premier matin du monde. Une chose hors du temps, hors de portée de la mémoire. C'est comme découvrir une nouvelle terre, un nouveau monde. Et, voyez-vous, là dans cette découverte, l'esprit se déleste de l'attachement au temps ; le sortilège du temps n'est plus. Alors l'esprit est totalement transformé, totalement autre, ce n'est plus le même esprit. Celui-ci a gouté la source vive, toute sa soif est étanchée à jamais, l'esprit devient alors profondément apaisé, tranquille. Celui qui a touché ce silence, a un esprit profondément en paix, et il ne cherche plus d'expériences, il ne cherche plus rien, car il a en lui une telle immensité, une telle énergie.

 

    Pour cet homme, chaque jour est un miracle et notre belle terre est un véritable Éden. Son esprit est très simple, bien au-delà des croyances humaines, des religions ou des cercles ésotériques, par delà toutes les idéologies humaines. 

    Au-delà du mouvement de la mémoire et du temps, siège un espace autre, qui ne peut être mesuré par l'homme ; dans cet espace existe quelque chose qui n'a jamais eu de commencement, qui a toujours était là, une chose hors du temps.

 

    Par-delà le silence, toucher cet espace "est" une réelle félicité.

 

 

  Paul Pujol, "Correspondances".

  Editions Relations et Connaissance de soi.

 "Toucher le silence", pages 102 à 106.  

 

 

Partager cet article
Repost0