Informations et activités

 

Accueil

Rencontres

Photos de rencontres

Audio

Vidéos

Textes

Livres

Librairies partenaires 

 

Vous pouvez aussi nous suivre sur:

Facebook YouTube          

Rechercher

Newsletter

Ma Newsletter

7 août 2016 7 07 /08 /août /2016 21:45

 

DSC02193

 

 

                                                                                        Trévoux le 19 octobre 2011

  

 

     Lors de notre dernière rencontre en début d'année à Paris, une participante a posé une question intéressante, sur la situation et l'état de la mémoire quand la pensée est absente ou suspendue. Question que nous ne nous étions jamais posé, devant cet inédit, il n'y eu pas de réponse satisfaisante, ni de véritable exploration commune sur le moment. Aussi cette interrogation fut gardée à l'esprit, et les mois passèrent tranquillement sans effort de la volonté, sans réponse forcée d'aucune sorte. Un jour, alors que nous ne pensions pas vraiment à tout ceci, une clarté apparut, pure comme du cristal, comme une source d'eau claire.

  

    Que devient la mémoire, quand la pensée est absente ? Quand "l'observateur est un avec ce qu'il observe", quand la distance psychologique n'existe plus que fait la mémoire ? Quel est le lien, le rapport entre la pensée, la mémoire et le cerveau ? On le voit le sujet n'est pas simple et demande une grande intensité dans l'observation des mécanismes de la perception. Tout d'abord il est important de ne pas parler de théories ou d'idées imaginaires, il ne s'agit pas de faire des spéculations hasardeuses. Donc si on n'a pas vécue cela de nombreuses fois, de centaines et des centaines de fois, toute enquête reste sans valeur. Ceci étant posé, quelle était en fait la question, est pourquoi a-t-elle était exprimée ?

  

    Lors de notre discussion, nous avions évoqué la possibilité du regard sans la pensée, de l'observation se faisant dans le silence de l'esprit, et donc de l'absence de pensée. Alors notre amie a posé son interrogation : "Que devient la mémoire dans cette action, si la pensée est absente, quand est-il de la mémoire ?" Regardons très précisément ce qui se passe, d'abord que se passe-t-il dans l'esprit pour que les pensées s'absentent ? C'est la toute première étape ; tout d'abord l'esprit est calme, détendu, totalement décontracté, le mouvement des pensées n'est pas dominateur. Il peut y avoir des pensées, mais elles n'éveillent pas dans l'esprit d'agitation particulière, en fait elles ne font que passer sans créer de perturbations émotionnelles. Donc l'homme est très calme, et aussi il y a une qualité de grande clarté dans l'esprit, d'équilibre harmonieux. Ce n'est pas le calme d'un esprit confus qui à besoin d'une pause dans son agitation. Non plus le calme qui viendrait après une stimulation due des drogues ou à des fortes exaltations émotives. Bref le calme après la tempête dans le crane et dans le corps. Cela n'est pas également un calme qui serait un abrutissement de l'esprit, un engourdissement due à la fatigue, au stress, en fait ce n'est pas le résultat d'un esprit assommé par la vie.

    Une très grande clarté règne alors dans l'esprit, il y a un ordre naturel, tranquille et serein. Cela est important pour comprendre notre enquête, et pour avancer dans notre exploration commune. Donc il y un grand calme et l'esprit est très clair, ces deux états font que l'esprit, le cerveau est en paix, vraiment en paix...Et donc soudain, devant nous, se dévoile un immense ciel avec le soleil finissant, l'espace est rouge de feu et de lumière. Je vois cette beauté, et je suis emporté par tant de grâce, l'observateur devient le ciel, le soleil rouge, les nuages lumineux. Dans cette union il n'y a nulle pensée, nulle entité pensante, donc pas de penseur. Nous en sommes là, et vient cette question surprenante : Mais que fait la mémoire dans cette union hors de la pensée ? Quelle est la relation entre les pensées et la mémoire, et aussi le cerveau ? Les pensées sont le souvenir de nos expériences, de notre vécu, et elles sont stockés dans la mémoire, cette même mémoire est quand à elle situé dans le cerveau. Donc il y a un support physique à tout cela, c'est le corps, le cerveau. Tout cela existe et est de l'ordre de la matière, n'est-ce pas? Quand il y a un événement, un contact, l'homme pour faire face à cette situation utilise sa pensée, il sort de sa mémoire des pensées qui correspondent à ce type d'événement. Cela se fait très rapidement, et la plupart du temps nous n'en n'avons pas du tout conscience. Nous croyons que nous pensons par nous-mêmes librement, en fait n'est-ce pas les événements qui nous font penser et agir ? Ce n'est pas nous qui pensons aux choses, ce sont les choses qui nous font penser.

  

    La pensée se situe dans la mémoire, qui elle-même est dans le cerveau. Donc quand la pensée entre en jeu, on peut dire que c'est une expression qui vient de la mémoire, c'est la mémoire qui est en mouvement, qui est activée en quelque sorte. Par mémoire nous entendons ici, la mémoire des événements, des expériences, nous ne parlons pas de la mémoire corporelle, où de la mémoire des cellules qui sont toutes les deux bien plus anciennes. La mémoire cellulaire est l'information de base essentielle à la construction du corps ; la mémoire du corps comme la digestion, la respiration, les battements du cœur est elle, vitale pour la survie du corps. Notre corps n'est qu'une suite de mémoires, qu'un empilement de mémoires et d'informations plus où moins anciennes, de la dernière expérience vécue il y a quelques secondes, à la mémoire de la vie sur terre depuis son origine. Et certainement nos cellules gardent une trace du cosmos, de l'Univers dans lequel tout naît et meurt au final. La mémoire a différentes strates, plus ou moins anciennes, les pensées en sont la toute dernière et la plus récente, car nous l'alimentons en permanence. Donc nous parlons bien de la mémoire récente, celle que nous construisons constamment, récente ne veut pas dire que ses racines ne soient pas anciennes. Ses origines remontent à nos premiers contacts avec le monde, quand nous étions enfant, à nos premières sensations, et depuis nous rajoutons régulièrement et sans arrêt d'autres informations et ressentis.

  

    Quand la pensée entre en jeu dans l'esprit, c'est l'expression de toute une chaîne d'informations qui se tiennent entres elles, notre pensée "récente" est coloré par toute les autres. La mémoire est constituée de couches successives qui servent de support aux couches les plus récentes. La pensée n'est-elle pas une émission de la mémoire, elle en est "la parole et le son". Si la pensée est absente, la mémoire "parle-t-elle" ? Il y a le silence, la mémoire existe toujours naturellement, on ne devient pas amnésique ou névrosé. Dans ce grand silence, la mémoire se tait tout simplement, mais nous savons bien qui nous sommes et où nous nous trouvons (par exemple), mais dans ce calme et dans cet ordre intérieur, nous n'avons pas besoin de nous dire tout cela. Nous savons tout cela, avant que le silence n'arrive, nous avions nommé toutes ces choses de manière naturelle, nous avions dit "Quelle belle journée magnifique et quel ciel bleu." Mais est-il utile de répéter cela sans cesse ? Nous avons ces informations, nous connaissons évidemment le lieu de promenade, et plein d'autres informations sont présentes dans la mémoire et prêtes à être utilisées si cela s'avère nécessaire. Mais là, dans cette paix silencieuse, cela n'est pas utile, alors la pensée s'absente et la mémoire se tait, elle s'éteint ? C'est comme la lumière électrique dans une pièce, si on n'en a pas besoin, on l'éteint. Elle est toujours présente dans le câblage électrique, elle est reliée aux différents interrupteurs, aux ampoules, mais on ne l'utilise pas. Sauf que dans le cas de l'esprit, cela échappe à tout contrôle et à toute domination de la volonté, car la volonté n'est qu'un mouvement de la pensée, du penseur. La pensée ne peut produite cet état, cela ne peut être le résultat de l'ambition personnelle, d'un désir. Le calme et la véritable paix doivent exister dans le cœur et dans l'esprit.

 

    Nous voyons que la mémoire ne s'exprime plus, elle est disponible dans le cerveau, mais elle est inactive, les pensées elles, sont totalement absentes. Quand est-il alors du cerveau ? Ce qui fait les souvenirs, les nombreux hier, la mémoire du passé est éteinte, totalement silencieuse, pourtant la vie est là, le cerveau est vivant. Que se passe-t-il alors ? Cela veut-il dire que le cerveau vit même si la mémoire n'est pas là ? Pourrions-nous dire qu'il existe dans le cerveau "une partie" qui n'est pas concerné par la mémoire ? Il y a naturellement "une partie" consacrée à la mémoire, mais elle n'est pas tout apparemment, il y a quelque chose d'autre qui n'est pas mémoriel, basé sur le passé et sur le temps. Sommes-nous fous de faire cette enquête, et de dire ce que nous disons ? Le terme "partie" a été mis entre guillemets, car il sous entend que le cerveau soit séparée en deux parties, l'une ancienne dominée par la mémoire, et l'autre différente et non soumise au temps. Cette séparation est d'ordre subjectif, et est due à notre moyen de communiquer avec des mots, qui sont eux-mêmes limités. Plutôt que "parties", pourrions-nous dire fonctions, capacités ? Le mieux, il me semble, est de dire que la structure du cerveau a différents agencements, différentes manière d'agir. Mais sil s'agit toujours d'un seul cerveau, il n'y a pas de dualité, ni d'opposition ou de conflit à ce niveau. Cela me paraît très important.

 

    Donc il y une structure basée sur le passé, c'est "le vieux cerveau", qui gère tout ce qui relève de la mécanique de la vie, qui s'occupe de la survie du corps, de l'alimentation, des nombreux problèmes de la vie courante. Cela marche relativement bien, dans la plupart des cas. Et il y a, comment pourrait-on dire ? "Un cerveau neuf" (rappelons ce que nous avons dit plus haut, ce n'est pas une opposition, ni un conflit) qui ne dépend pas de la mémoire et du temps, qui agit dans les situations subtiles des relations humaines. Qui existe quand l'action mécanique, biologique de la vie s'avère inefficace. Quelque chose de neuf, c'est quelque chose qui n'est pas la répétition du passé, c'est une chose qui n'est pas la suite d'hier, et donc elle est libre d'agir selon les situations réelles, et non selon des souvenirs, des théories ou des croyances. En cela, il ne peut exister de nostalgie, ni de peur, on se rit de l'espoir et jamais il n'y a le souci du lendemain ?

    Comment le cerveau peut-il avoir une partie totalement indépendante de la mémoire ? Qu'est-ce que cela veut dire ? Voyons d'abord mieux ce qu'est la mémoire, c'est une accumulation d'informations, qui se rajoutent les unes aux autres, de manière continuelle et constante. Chaque nouvelle information est intégrée dans l'ensemble, et elle renforce la cohésion du tout. Donc cela crée une force de cohésion, et donne un sentiment de continuité dans l'esprit, une certaine stabilité. Le corps vit et dure dans le temps, du moins jusqu'à sa mort ; mais en attendant ce point final il faut le protéger, le nourrir, le soigner, bref respecter ce corps et le maintenir en forme pendant toutes ces années de vie. Ce sentiment de durée, l'esprit, ne l'étend-t-il pas aussi à la dimension intérieure ? Avec cette idée du moi, du je, "mon esprit", avec la différence que cela crée avec "l'autre". Tout n'est que changement sur cette terre, modification, disparition, vie et mort se suivent dans un ballet effréné. Même au cœur de nos cellules, tout meurt et renaît sans cesse, tout change constamment. La pensée elle aussi, dans sa mécanique première, est totalement évanescente, elle n'est qu'un bref éclair, qu'une pulsion électrique basique de très faible durée. C'est un des raisons pour lesquelles on ne peut observer la pensée de manière isolée, on observe un flux, un mouvement de pensées, pas une pensée en particulier.

 

 

    Ce flux de pensées donne donc un sentiment de continuité, de durée, la pensée se croit inamovible, et avec le temps arrive la croyance du moi, de l'esprit individuel, autonome, de l'âme ou de l'atman. Comme nous ne connaissons que ce mouvement, nous le prenons pour le réel, et nous affirmons qu'il n'existe rien en dehors de lui. La pensée en dominant tout l'espace de l'esprit, s'arroge le nom de réalité, et elle décrète que cette réalité perdurera après la mort. Mais cette action crée dans l'homme une vie et des actions toujours de plus en plus mécaniques, de plus en plus répétitives, nous devenons alors comme des automates, des machines. Alors la souffrance domine notre vie entière, nous perdons l'éclat et la joie simple, il nous faut des stimulants pour tenir. Cette vie est devenue tellement absurde, injuste, et si laide, alors je vais voir les églises, les maîtres à penser, je me perds dans les délices du plaisir, je m'enivre et j'abrutis mon esprit afin d'oublier l'abîme de ma vie. Sans m'en rendre compte, j'insensibilise mon esprit, tout mon être, car je ne veux plus voir l'état désastreux où je me trouve.

    De manière mécanique, l'activité mémorielle si elle seule existe, tendra toujours à fossilisé les actes humains, car il y aura toujours répétition et prolongation de ce qui existe. C'est à dire que le neuf, l'inédit ne pourra pas être, et voyons simplement ce que cela veut dire, cela signifie que dans la vie de l'homme il n'y aura jamais de véritable changement, jamais de perception d'un matin comme étant le premier matin du monde. Nous perdons alors notre fraîcheur, notre capacité à crée quelque chose de totalement différent, d'entièrement nouveau. Qu'est que la création ? Si ce n'est l'apparition de quelque chose qui n'est pas souillé par le passé, quelque chose que vous n'avez jamais vu, jamais entendu ! Voir une chose qui n'a jamais exister, comme la naissance d'un nouvel Univers. Le cerveau à cette capacité de régénérer notre vie, notre regard, nous pouvons alors voir le soleil du matin comme la première fois, car en fait, c'est un tout nouveau soleil. C'est notre souvenir qui est ancien, mais l'astre du jour lui est neuf, flamboyant et étincellent de beauté. Si la mémoire s'éteint, la vie est totalement neuve et si pleine de vie, immense et tellement belle, souveraine. Et nous-mêmes nous sommes vivants, nous observons alors le mouvement des pensées de la même manière, et soudain nous voyons les pensées comme les toutes premières pensées, neuves et vierges de tout passé.

 

 

    Que ce passe-t-il dans cette action ? S'il vous plaît, que se passe-t-il ? Nous voyons ce mouvement comme un tout nouveau mouvement, donc il n'est pas relié au passé, n'est-ce pas ? La pensée qui se fait jour dans l'esprit n'est plus la suite des autres pensées, elle vient de naître à l'instant, et aussitôt elle meurt, remplacer bientôt par une autre qui va elle-même mourir dans peu de temps. Ces pensées ne sont plus l'expression de la continuité, elles ne sont plus enchaînées les une aux autres, et donc l'illusion du temps psychologique disparaît, le moi prend fin, il s'éteint. Comprenons bien, voir le mouvement des pensées, ce n'est pas "penser aux pensées", c'est prendre conscience de l'existence de ce mouvement. C'est comme dire "je suis conscient de boire un verre d'eau", c'est juste une série de mots, et cela n'a rien à voir avec le fait réel d'avoir conscience de boire un verre d'eau. N'intellectualisons pas notre recherche, restons libres des mots et des paroles, ils sont justes des outils pour approcher le réel. Si un outil devient inefficace, on le change et on essaie d'en trouver un plus adapté à la situation. Donc le cerveau possède une capacité qui permet à l'homme de se libérer du carcan du temps et de la souffrance.

 

 

    La pensée s'absente, la mémoire s'éteint, et le cerveau jeune permet l'éclosion de la liberté. Cela seul permet de mettre en place une réelle rupture avec le poids du passé, sinon l'homme est perdu. Seule la création du neuf, du non-connu, peut engendrer un véritable changement profond dans la psyché de l'homme. L'apparition du neuf c'est la seule révolution qui vaille, ce vrai changement ne peut-être qu'une mutation, dans le sens qu'il donne naissance à ce qui n'a jamais exister auparavant. C'est comme la naissance d'un amour inconnu.

 

 

  Paul Pujol, Correspondances.

  Editions Relations et Connaissance de soi.

  De la pensée, de la mémoire et du cerveau, pages 123 à 132.    

 

Repost 0
Paul Pujol - dans textes paul pujol
3 août 2016 3 03 /08 /août /2016 09:42

 

 

   Nous vous présentons ici une vidéo (en trois parties), d'un séminaire qui s'est déroulé à Montredon, dans le Lot en mars 2016.

 

   Le théme du séminaire était: "La relation. Amour, amitié et liberté."

 

  Voici les quelques développements qui sont exploré dans ces enregistrements: 

   Qu'est-ce que la relation ? Est-elle source de bonheur, de souffrance ? 

   Assurément les deux, pour le bonheur nous n'avons pas trop de soucis. Mais pour la souffrance cela nous insupporte, alors les religions des hommes ont inventés le concept de non attachement.

   Comme si l'attachement, l'affection entre les personnes était anormal, malsain...

 

   Ces vidéos sont un extrait d'un séminaire de plusieurs jours, elle n'en donne qu'un aperçu évidemment limité...

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Paul Pujol - dans Vidéos
27 juillet 2016 3 27 /07 /juillet /2016 08:08

 

DSC01807(1)CV 

 

                                                                                                                  1 juin 2010

      

 

      Cette personne devait être un général d'armé ou un colonel, nous ne savions pas très bien, en tout cas c’était le chef hiérarchique de cette base militaire du sud du pays. Il était entouré de ses trois assesseurs, également des gradés, mais situés certainement en dessous dans cette même hiérarchie. Ils avaient fait venir ce tout jeune homme, qui avait à peine vingt-deux ans, et ils se trouvaient tous là dans cette pièce, pour réaliser, à leurs yeux, un acte solennel et officiel. Le jeune homme était arrivé il y avait peu de temps, et il avait refusé d’obéir à tout ordre. Il avait naturellement décliné l’uniforme, le coiffeur et tout le système de conformité qui était imposé. Mais il y avait un souci, car dans ce pays et à cette époque, cela était obligatoire et cela faisait force de loi. On était totalement conscient de ces éléments, cependant il était hors de question de porter tel ou tel habit, ainsi que de prendre une arme et d’en apprendre son fonctionnement. Tout cela avait été décliné sans agressivité d’aucune sorte, mais avec une grande fermeté.



    Naturellement cette attitude ne pouvait être tolérée, et le jeune homme se trouva emprisonné, ce qui restait logique dans ce système établi. S’il y a des règles, il y a des sanctions pour ceux qui dérogent à ces mêmes règles, aussi il n’y eut pas de surprise quand cela arriva. Mais cette personne avait une raison personnelle, privée, et elle devait sortir rapidement de cet emprisonnement. Aussi la décision fut prise de cesser de s’alimenter. En fait, le jeune homme refusait toute collaboration, même la plus minime. Il faut bien comprendre que cela se réalisa sans aucune tension, sans friction, simplement il disait "non merci" à tout ce qu’on lui présentait. Même à un statut officiel "d’objecteur de conscience", c’était la case attribuée aux personnes comme lui, et cela aussi fut refusé. Bien évidemment, ce comportement ne pouvait être toléré dans ce lieu de discipline et de soumission.

    On le mit donc en isolement, mais cela ne lui posa aucun problème. Le jeune homme était serein, tranquille, et les autres personnes ne montraient en fait que de la gêne ; mais pas une seule fois de la violence ou de l’énervement ne s’exprima. Cela durait depuis une semaine ou deux déjà, et pour la hiérarchie c’était intolérable.

    Alors ils firent venir cette personne dans le bureau du plus haut gradé de ce lieu militaire. Ils étaient tous là, avec aussi un simple soldat qui avait escorté le jeune homme jusqu’ici. Le haut gradé prit alors la parole et il expliqua le pourquoi de cette réunion ; c’était une démarche officielle prévue dans les cas de désobéissance caractérisée. Il nous dit, qu’il allait nous demander par trois fois de nous soumettre aux ordres, c’était la procédure, et les trois autres gradés subalternes servaient de témoins, afin de valider l’exactitude de ladite procédure. Nous l’écoutions sans dire un mot. Une fois sa présentation faite, il prononça, comme au théâtre, trois fois son injonction. Il est évident que nous ne répondîmes même pas, et seul le silence suivit ses demandes répétées. Il nous regarda, puis s’adressa aux trois autres individus, il dit : "messieurs, vous êtes témoins ? Nous sommes tous d’accord ?". Nous trouvions cette mise en scène un peu ridicule, mais toutes ces personnes semblaient y tenir énormément.



    Le chef s’adressa au jeune homme alors de manière moins officielle, et moins procédurale. Il lui indiqua que cette décision d’insoumission le suivrait toute sa vie, l'empêchant d’accéder à certaines fonctions, par exemple administratives. Il parla aussi du jeûne entamé, et indiqua qu’il pouvait y avoir des séquelles physiques importantes et invalidantes. Ce n’est pas qu’il était prévenant, ayant le souci de votre santé ; il cherchait juste à faire peur, ses réflexions étaient plutôt des sortes de menaces, des mises en garde concernant un sombre avenir. Le jeune homme prit alors la parole, et demanda au général d’armée s’il se rendait compte de ce qu’il disait, de la violence insensée de ses propos. La conclusion de cette expression fut : "monsieur, sincèrement, je préfère être à ma place plutôt qu’à la vôtre". Un silence gêné s’installa, on s’entendait presque respirer ; puis un geste fut fait vers le simple soldat pour qu’il nous fasse sortir et nous ramène en cellule.



    Toute la société se présente comme une succession d’institutions qui essaient d’asservir l’homme. Le but de ces mécanismes est de rendre l’homme conforme aux attentes de cette société ; il faut être soumis à la religion, à la morale sociale, à l’armée, au politique, soumis au schéma qui s’étend aussi dans le domaine privé. Ce très jeune homme était confronté, comme d’autres, à toutes ces pressions extérieures, religieuses, privées, administratives ou autres. Pour vivre en communauté, il est nécessaire d’avoir des règles et des lois ; sinon l’anarchie est là et chacun vit selon son plaisir et son désir. Par contre quand ces règles de vie commune s’étendent à notre manière de voir la vie, quand elles veulent nous contraindre à penser de telle ou telle façon, là le chaos est dans le monde. Il s’ensuit que chacun choisit un camp, chrétien, bouddhiste, français ou allemand ; chacun choisit sa case de conformité, et le désordre court, la fragmentation de la société se met en place.

    Les hommes se brutalisent, s’entretuent ; le frère contre le frère, le fils contre le père ; ne voyons-nous pas toute cette folie ? Il nous faut absolument et totalement être libres, cela ne veut pas dire "faire ce qui me plaît", car "ce qui me plaît" est le conditionnement que la société m’a inculqué, n’est-ce pas ? Etre libre, c’est être totalement seul, insoumis et responsable de l’état du monde. 

  

    Être insoumis, totalement insoumis, c’est être hors du monde des hommes. Celui qui demeure seul, entier, "est" imperturbable comme un roc ou une montagne. Alors véritablement, un autre mouvement naît dans l’esprit, un mouvement sans fin, insondable.

 

 

 

  Paul Pujol, " Senteur d'éternité ".

  Editions Relations et Connaissance de soi

  "De l'autorité et de l'insoumission", pages 153 à 156.

Repost 0
Paul Pujol - dans textes paul pujol
24 juillet 2016 7 24 /07 /juillet /2016 10:35

 

 

 

   Voici un enregistrement audio de Marcel Conche, à l'émission Les Racines du ciel de France Culture en  novembre 2014.

   Il s'entretien et dialogue avec Frédérique Lenoir et Leili Anvar.

 

 

Présentation de France Culture:

 

   Marcel Conche est né en 1922 à Altillac en Corrèze, dans une famille de cultivateurs. Et c’est à Altillac, dans la maison même où il a passé son enfance qu’il nous reçoit avec simplicité et générosité.

 

   Il évoque pour nous son enfance paysanne, sa jeunesse, ses amours, sa passion des livres et de la philosophie, sa tendresse pour les philosophes antiques et pour Montaigne. Il nous parle aussi de son parcours intellectuel, de sa foi dans l’homme, « celui qui croyait au ciel et celui qui n’y croyait pas ».

   Son dernier ouvrage Épicure en Corrèze est paru aux éditions Stock.

 

 

 

Voir le lien des Editions Stock sur le livre

 

 

Repost 0
Paul Pujol - dans Sciences et Cultures
17 juillet 2016 7 17 /07 /juillet /2016 11:36

 

 

  Les Presses du Châtelet viennent de publier en mars dernier, un nouveau livre de Krishnamurti, " L'origine de la pensée".

 

 

   Un petit mot avant la présentation de cet ouvrage. Concernant les nombreux livres de J.Krishnamurti, on pourrait tout à fait dire pour cette publication, "un de plus et alors"...

 

   Lire ce genre de livre suffit-il à changer l'être humain ? Non certainement pas, tellement de personnes ont lu cet auteur, et alors...On lit des romans, des magasines, des bestsellers d'auteur en vue. On lit des livres à la mode, au goût du jour et on passe à autre chose, au livre suivant...Tient le nouveau livre de Krishnamurti, ou d'un autre.

   On fait ce qu'on veut de ces lectures évidemment, et on lit ce qui nous plaît naturellement.

 

   Mais si vous voulez que quelque chose inonde toute votre vie, qu'un souffle vous emporte au loin. Si vous désirez comprendre profondément non pas "votre esprit", mais "l'esprit". Alors la lecture n'est pas suffisante, il faut se lancer dans l'exploration, dans l'étude de ce pays.

  Pour les livres de J.Krishnamurti, il en va ainsi, si vous voulez autre chose qu'un simple délassement d'été. Il faut étudier ce que dit cet homme. Non pas accepter, dire "c'est vraiment bien" ou dire "c'est totalement absurde", ni l'un ni l'autre, il vous faut étudier.

   C'est à dire examiner de prés, de très prés ce qui est dit, lire et essayer de saisir, de bien comprendre ce que veut dire ce personnage. Et quand vous pensez avoir compris, il faut voir si cela est vrai, correct ou illusoire. Il faut observer ce qui est dit au regard du réel et de la vie, et pas se contenter de le lire dans son salon ou sa chambre. Comprendre le fonctionnement de l'esprit demande beaucoup d'étude, d'observation méticuleuse, sans doute les livres de Krishnamurti peuvent aider dans cette étude. Encore faut-il avoir l'énergie de la passion pour aller dans ce pays sans chemin.

 

   Voilà juste pour vous dire, qu'il faut étudier et étudier encore, sinon il n'y a que des choses superficielles dans nos vies. Cela crée en nous un sentiment de non accomplissement, un grand mal être.

   Découvrons véritablement l'esprit, et nous sentirons quelque chose de profond, de fécond, un chose ample, immense, qui donne à la vie une couleur autre et un cœur léger. 

_________________________________________________________________

 

 

   Mais voici donc ce nouveau livre de J.rishnamurti, "L'origine de la pensée".

Actualité Krishnamurti : Publication d'un nouveau livre.

   Présentation de l'éditeur:

 

« L’action juste n’est possible que lorsque l’esprit est silencieux, et qu’il s’opère une vision de “ce qui est”. L’action qui découle de cette vision est débarrassée du passé, de la pensée et de la causalité. ».
Dans cette série de conférences inédites données en 1966 à Paris et Saanen, Krishnamurti rappelle que le chaos du monde n’est que la projection du chaos régnant dans chaque individu.
La pratique de la méditation peut opérer une profonde transformation de l’esprit. Quand le mental se calme, que l’esprit est dénué de « moi », sans vision ni images, il n’y a en lui plus de mémoire, plus de mouvement. Alors un intense foyer d’énergie se fait jour, creuset d’une réelle mutation.
Un penseur d’une liberté et d’une envergure hors du commun. Plus que jamais d’actualité.

 

 Voir ici le lien : Presses du Châtelet.

Repost 0
Paul Pujol - dans Articles J.Krishnamurti