6 avril 2022 3 06 /04 /avril /2022 09:32

 

 

 

Nous avons la joie de partager avec vous cet enregistrement

d'une conférence sur

"La spiritualité laïque".

(Conférence qui a eu lieu à Trévoux (01) en avril 2018.)

 

Voici les thèmes abordés:

 

Qu'est-ce que la spiritualité laïque?

 

Spiritualité, car notre relation au monde se fait par l'intermédiaire de notre esprit. Et devant le constat cruel de la souffrance humaine, alors qu'aucun être ne désire vivre cet état. Nous en déduisons logiquement, qu'il doit y avoir de nombreux dysfonctionnements dans l'esprit de l'homme.

 

Laïque pour indiquer qu'il peut exister une quête spirituelle authentique, en dehors de toutes organisations religieuses ou cercles ésotériques. Pour saisir le fonctionnement subtil de l'esprit, il est primordial d'être libre, libre d'explorer et de voir par soi-même.

 

Pour découvrir ce qu'est l'esprit, il faut bien saisir ce qu'est la pensée, la mémoire et le cerveau. La pensée nous enchaîne au passé, elle nous enferme dans un temps psychologique, et par sa prédominance

elle crée "le moi".

 

L'esprit n'est-il que pensées, mémoires, et souvenirs?

Nous voyons que la pensée est un processus biologique, qui existe au sein des neurones, et qui à pour siège le cerveau. C'est donc un mouvement au sein de la matière, et donc par définition, cela n'est  pas

d'essence spirituelle...

 

L'être humain peut-il aller au-delà de la mémoire, et se libérer par cela du temps? Il existe un silence immense quand la pensée se tait, quelque chose d'autre alors se révèle.

Partager cet article
Repost0
Paul Pujol - dans Vidéos
5 avril 2022 2 05 /04 /avril /2022 15:05
26 juin 2022 à TREVOUX: Journée Connaissance de soi

 

 

Journée Connaissance de soi

 

 à Trévoux

 

 

Dimanche 26 juin 2022.

 

 

Un jour de dialogue et d'exploration de l'esprit, des mécanismes

de la pensée et de la mémoire.

 

 

Thème de la journée:

 

Nous reprenons le thème de l'intelligence, abordé lors de

la visioconférence du 17 juin.

 

 

 L'intelligence: Savoir

 

et compréhension vivante.

 

 

L’intelligence consiste-t-elle à avoir un savoir, c’est-à-dire à accumulé des connaissances?

Avoir de nombreuses informations sur un sujet, c’est comme avoir la connaissance de ce même sujet.

Avec cette approche basée sur la mémoire, l’être humain se comporte comme un ordinateur.

Le mouvement de l’instant, fugace et rapide, ne peut pas être capturé par la mémoire.

La compréhension vivante du présent, ne peut se faire que dans le silence de l’esprit et de la mémoire.

Horaires: 

 

 9 h 30 à 12 h: Dialogue et exploration entre les participants.

12 h: Pause déjeuner.

Repas pris dans un restaurant au centre du village

(pour ceux qui le désirent).

14 h 30: Reprise du dialogue.

16 h 30: Clôture de la journée.

Participation sur inscriptions, car le nombre de

places est limité.

Participation: 40 € la journée.

Si difficultés financières, veuillez nous contacter.

 

Lieu de la rencontre :

37 route de Reyrieux 01600 Trévoux.

 

Animations et renseignements:

 

Paul PUJOL

Tél : 06 82 33 09 05 / pujolpaul@msn.com

Apprendre ensemble 

 

Nous tenons à rappeler que l'étude des mécanismes de l'esprit, se fait sans aucune forme d'autorité. Le but de cette journée est de découvrir et d'explorer ensemble, c'est à dire d'essayer de voir directement comment fonctionne notre esprit. Cela n'est possible que si nous ne nous référons pas à nos conclusions, opinions ou théories. Bref si nous venons avec nos idées pour parler de celles-ci, en réalité nous ne communiquons pas vraiment avec autrui. Nous discutons de notre point de vue concernant telle ou telle chose, alors que ce que nous proposons c'est de voir les choses directement, face à face. Pouvons-nous percevoir les mécanismes de l'esprit et la vie dans son ensemble, sans interférences de la pensée? Est-ce possible? Est-ce une douce utopie? Nous vous proposons de découvrir ce qu'est apprendre, non pas dans le sens d'accumuler un savoir, de devenir compétent, mais apprendre dans le sens de comprendre, de voir par soi-même, de découvrir ce qui était confus, flou, ou difficilement perceptible. Il existe une joie d'apprendre, et cela n'a rien à voir avec un effort intellectuel, c'est juste le bonheur de découvrir le monde et soi-même comme un même mouvement, immense et sans fin. Cette vision directe, profonde, clarifie sans cesse l'esprit, il devient alors silencieux, calme, et il découvre une paix profonde et immense. Sans cette paix, l'homme ne peut pas vivre heureux et épanoui, libre de la peur et de la souffrance. Dans nos échanges, il est important d'avoir une écoute et une réelle affection pour l'autre, sans cette affection toute communication

véritable est vaine.

Relations et Connaissance de soi.

Paul Pujol, 37 Route de Reyrieux 01600 Trévoux

06 82 33 09 05 / pujolpaul@msn.com

http://www.paul-pujol.net

Partager cet article
Repost0
Paul Pujol - dans Activités 2022
21 mars 2022 1 21 /03 /mars /2022 20:46

 

    

 

   La découverte de "ce qui est", ne comporte aucun élément de progression. Le réel n'est pas plus découvert par une personne que par une autre. Il n'y a pas de bonne ou de moins bonne perception de ce qui est. Il y a perception ou il n'y a pas perception. Il n'y a personne au sommet, et il n'y a personne à la base ; il n'y a ni sommet, ni chemin, ni base.  

  

    Cette découverte n'est pas une studieuse accumulation de données précises. La vision de "ce qui est" libère l'homme, et cette liberté est totale, il n'y en a pas peu ou plus selon les circonstances. La liberté est plénitude, et son action n'est pas personnelle, et donc ne peut-être autoritaire. "L'acte de voir" est en dehors du temps, de telle manière, que la première vision "est" la liberté ; cette vision est sans acteur, donc sans mémoire et elle ne peut être entretenue par la pensée.

 

    La vision étant sans mémoire et sans auteur, elle se trouve dénuée de tout commentaire, donc il n'y a ni constat, ni pause. Et dans cette absence de compte-rendu, la vision et la liberté ne sont qu'une seule et même chose. L'acte de voir évolue dès le début en dehors du temps, de telle sorte que toutes notions de commencement et de développement sont inadéquates.

 

 

     

      Paul Pujol, " Senteur d'Eternité ". 
    Editions Relations et Connaissance de soi
    "L'acte de voir, et la liberté", page 74. 
  
                                                                                              

Partager cet article
Repost0
14 mars 2022 1 14 /03 /mars /2022 12:01

 00027.jpg

  

 

 

  Il ne s'agit pas de critiquer, de détruire ou de condamner ; il s'agit de discerner le pourquoi des choses, le pourquoi de toutes recherches, de toutes questions. Il nous faut comprendre le point de départ de toutes nos actions. Par la compréhension du processus mécanique de la question, on se libère ; par des réponses perpétuelles, on alimente le circuit et le cercle continue indéfiniment. Une question nous vient à l'esprit, nous nous inquiétons de ne pas avoir de réponse qui nous comble. Nous nous mettons alors en quête. On fouille, on se renseigne, et après un certain temps une réponse satisfaisante est trouvée. Cette découverte nous calme et nous rassure un moment, mais subitement une nouvelle question apparaît, nous sommes surpris de ne pouvoir y répondre. L'inquiétude prend place, et la recherche recommence une nouvelle fois, le cercle est fermé et l'on tourne en rond indéfiniment.

 

    Il ne s'agit pas de répondre aux questions, mais de discerner le pourquoi des questions. Une question apparaît quand il y a un doute, doute sur une chose que l'on croyait connaître. Ce doute entraîne un malaise, car il montre mon ignorance de cette chose. Donc le doute est lié à la connaissance des choses, je crois connaître une chose et subitement, je m'aperçois de mon ignorance. Je prends peur et vite je cherche, et trouve une autre connaissance à mettre sur l'objet.

 

    Voyons profondément ce que l'homme cherche. Est-ce la véritable connaissance de l'objet qui l'intéresse ? Ou bien cherche-t-il un moyen pour calmer et masquer sa peur intérieure ? Pourquoi ai-je peur de mon ignorance devant les choses ? Je me dis ignorant lorsque je me rends compte que ma conception d'une chose est fausse ; donc à ce moment, j'admets et constate que je n'ai jamais connu la chose. Mon état vis-à-vis de la connaissance vraie n'a pas changé, j'ai simplement éliminé une vue fausse. Envers la chose rien n'a changé, c'est uniquement une conception personnelle qui a été vue comme étant erronée. Pourquoi, par cette compréhension même, un malaise s'installe-t-il ? Pourquoi, qu'ai-je donc perdu sinon une vision illusoire ? Je devrais être satisfait de m'être délesté d'une mauvaise perception.

 

    La peur découle de la perte d'une conception personnelle. Voyons que cette peur n'a rien à voir avec l'objet et sa connaissance, l'homme se soucie uniquement de ses pensées. Le monde extérieur ne l'intéresse pas. Pourquoi l'homme se soucie-t-il essentiellement de ses pensées ? Ne peut-il regarder simplement et directement les choses ? Tout au fond de lui, l'homme sait très bien que la vie n'est que changements et mouvements perpétuels. Il n'existe rien de définitif ou d'inamovible. L'homme sait cela, mais il ne l'accepte pas, il préfère fuir et lutter contre cet état de fait. Il cherche à se rassurer en immobilisant les choses de la vie dans des pensées et des images. L'homme a bâti ses certitudes sur des pensées, mais les pensées elles-mêmes ne sont pas fixes, elles sont également en mouvance constante. La vie de l'homme ne sera qu'une continuelle tension, voulant fixer définitivement et enfermer ce qui n'est que changement et mouvement, l'homme sera dans un combat permanent, dans un conflit sans fin avec la vie et avec lui-même. Donc le point de départ, la cause première a été comprise ; elle est la non-acceptation de la vie, elle est le rejet du mouvement créatif de tout ce qui est. C'est de ce rejet que naissent les pensées.

 

    Voyons maintenant ce qui alimente en permanence le cercle, le circuit des questions-réponses. Au départ nous avons une conception sur la vie, conception découlant de la peur de cette vie. Cette conception et la vie sont deux choses très différentes, la conception est statique et figée, la vie elle, est sans cesse transformée et toujours neuve. J'ai ma conception et je suis un être vivant, en mouvement. Cette conception qui me sécurise, crée en fait une friction permanente avec le monde, tous les actes de ma vie me montrent ce combat, cette tension. L'homme ressent tout ceci, et voulant le résoudre il cherche les causes de cet état présent. Il se dit que cela découle de sa manière de penser et de concevoir la vie. L'homme va constater que ce sont ses idées qui créent le conflit. Il va regarder ses idées et va les voir comme étant une masse de définitions, d'affirmations ou de négations et il va se dire : "toutes ces idées sont fausses, car elles ne m'apportent ni la paix, ni la liberté".

 

    Donc il va douter de toutes ses définitions personnelles, il va voir et comprendre qu'il s'était persuadé lui-même, qu'il s'était auto-conditionné pour un certain type de vision. "Mais maintenant, que vais-je faire ? Encore me conditionner différemment, me convaincre qu'un autre point de vue est le bon ; ou bien vais-je essayer de voir la  chose telle qu'elle est ?"

    Voyons que je me suis convaincu grâce à des pensées, à des comparaisons et des déductions, ceci est meilleur par rapport à cela qui ne l'est pas. J'ai comparé la chose présente à de multiples choses absentes, ou à mes pensées sur toutes ces choses. A chaque pensée, je ne regardais plus devant moi, dans le présent, j'étais dans le passé d'une chose inexistante. Les pensées sont des commentaires, des comptes rendus établis par l'homme et concernent ses expériences passées. Ses conclusions découlent de certaines circonstances, de certaines informations. Notre conclusion établie découle d'une expérience passée très précise ; mais comme nous expérimentons sans cesse des choses toujours nouvelles, donc toujours différentes, nous sommes constamment confrontés à autre chose que notre conclusion, cela nous désoriente et entraîne un doute permanent. Lorsque l'homme doute, il prend une conclusion ou une pensée ancienne, et il essaie de la remplacer par une autre plus récente.

     

    Nous avons des milliers de pensées en nous-mêmes, nous pourrions nous conditionner mille fois de suite, et toujours trouver un conditionnement différent à adopter. On ne peut épuiser cela par la consommation, c'est un cercle infini, et ce cercle est nourri par la pensée. Comprenons également, que les pensées ne sont pas séparées les unes des autres, elles sont le mouvement même de l'esprit. Nous pensons remplacer une pensée ancienne et erronée, par une pensée neuve et vraie, mais le récent, dès qu'il est retenu devient lui-même l'ancien. Lorsque l'on retient une définition, la vie nous apporte immédiatement la preuve de notre erreur ; toute conclusion, quelle qu'elle soit, isole et enferme l'homme dans lui-même. La conclusion n'est jamais du présent, mais toujours du passé, elle n'est pas la vie, mais l'idée de la vie. La conclusion n'est pas la liberté, mais l'idée de la liberté ; elle n'est pas la fleur, mais l'idée de la fleur et l'idée ne possède ni couleur, ni parfum. La pensée est essentiellement cogitation intérieure, la vie elle, ne peut qu'être vécue, et quand la vie est pleinement vécue, la liberté apparaît.

 

    Ce qui nourrit en permanence le doute intérieur de l'homme a été vu : c'est le mouvement de la pensée; mouvement qui est le fait de remplacer une pensée par une autre pensée. Mais voyons profondément que la pensée dite "neuve", n'est véritablement que la suite de toutes les autres pensées; elles se suivent et se valident mutuellement. La pensée "récente" fait partie du processus mental de l'homme, elle en est le dernier morceau, et avec elle, elle entraîne la totalité de ce même processus.  Si la compréhension profonde de tout ceci a eu lieu, fait-on de cela une nouvelle conclusion ? La compréhension profonde du mécanisme des questions-réponses, met fin totalement aux questions-réponses. Cette compréhension est une vision directe, sans commentaire ; - de telle sorte que la vision réelle n'est autre que la compréhension et la fin du

problème.

 

    L'esprit qui se libère va au-delà des actions et des réflexes mécaniques. Il découvre une terre de liberté. Quand il découvre, cela n'est pas une réaction à une pression ou à un désarroi, il voit car son regard est limpide, clair.

    Dans ce pays autre, le mouvement de l'esprit est la liberté même.

    - Au-delà de la pensée, des mots et de la mémoire, l'esprit "est ".
 

      


  Paul Pujol, Senteur d'Eternité.

  Editions Relations et Connaissance de soi

  "Du processus de la question", pages 30 à 35      

Partager cet article
Repost0
22 février 2022 2 22 /02 /février /2022 09:39

 

 

Du 13 au 19 août 2022.

Rencontre d’été en Savoie.

 

Séminaire d’étude de

l’enseignement de JKrishnamurti.

 

A Le Pré, Les Avanchers Valmorel (73).

Un séminaire d’étude, basé sur des DVD de Jiddu Krishnamurti. Il y aura des dialogues, des échanges, du silence, et des promenades dans la montagne.

 

 

Le thème général sera:

 

 « Découvrir la paix en soi,

et la vivre dans le monde. »

 

Dans ce séminaire, il s’agit d’étudier en profondeur l’enseignement de J. Krishnamurti, de le questionner, de l’explorer. Pendant cette semaine, nous essayerons de mettre en œuvre une compréhension au-delà du mental, une vision subtile et pénétrante de l’esprit.

 

Pourquoi étudier cet enseignement ?

 

Nous sommes tous confrontés à la souffrance dans nos vies, et pourtant personne ne désire vivre cela. Nous abordons évidemment la vie avec notre esprit et le mouvement de la pensée. Se pourrait-il qu’il existe des dysfonctionnements dans notre esprit qui favorisent la souffrance ? Krishnamurti nous parle de cela, de l’esprit et de son fonctionnement, de la création et de la fin de la souffrance. Son enseignement est un immense voyage au sein même de l’esprit, qui englobe et dépasse le mouvement de la pensée. Etudier cet enseignement, c’est aborder les confins de la pensée, et découvrir une manière totalement neuve de vivre.

Activités :

 

Comme support d’étude, nous regarderons une série de DVD de

causeries de Krishnamurti, réalisée à Brockwood Park en 1983.

Vous pouvez visualiser ces causeries sur ce lien :

https://www.youtube.com/playlist?list=PLSgC_ucK8wUi0woY7-7LDJX0HyY7ZqXzU

 

Nous aurons ensuite des dialogues entre nous, ces échanges ne sont pas des débats d’opinions, ou des séances de psychothérapie collectives. 

Nous n’acceptons rien par avance et nous examinons ce que dit Krishnamurti, avec doute et hésitation. Dans cette étude il s’agit de bien faire corps avec son enseignement. Ces dialogues sont des explorations des mécanismes de la conscience, ils doivent être menés sérieusement, avec une réelle affection entre les participants. Nous entreprenons un voyage de l’esprit et dans l’esprit, nous faisons cela en direct et surtout, nous « apprenons ensemble ». 

Une petite bibliothéque des livres de Krishnamurti, serra

également mise à votre disposition.

Le lieu du séminaire :

 

"La Vigogne"

Notre séminaire se déroulera dans un ancien hôtel transformé en maison familiale de vacances. La Vigogne est à 1200 m d'altitude. C'est un grand chalet de trois étages entouré de balcons, nous partagerons le lieu avec des vacanciers venus profiter de la montagne et du grand air. Particulièrement bien ensoleillé, le chalet se situe dans le village du Pré, à 2 km de Valmorel et aux portes du Parc national de la Vanoise. La Vigogne est placée dans une magnifique vallée très dégagée. Vous trouverez tous les services et commerces à proximité dans Valmorel.

La Vigogne: Le Pré 73260 - Les Avanchers Valmorel

Tél : 04 79 09 81 89 / www.la-vigogne.com

Horaires de la rencontre

 

Début du séminaire : Samedi 13 août

- 17h : Arrivée et accueil des participants.

- 19 h : Présentation du séminaire et des participants.

- 20 h : Dîner.

Fin du séminaire : Vendredi 19 août.

- 7h30 à 9h : Petit déjeuner.

- 9h à 10h : Nettoyage des chambres, clôture du séminaire et départ. Les chambres doivent être libres à 10 h.

 

Programme journée type (susceptible d’aménagements…).

- 8 h à 9 h : Petit déjeuner

- 9 h 30 à 11 h 30 : DVD Krishnamurti (suivie d’une courte pause) et dialogue entre les participants.

- 13 h : Déjeuner (possibilité de pique nique tous les jours, pour

ceux qui veulent faire une promenade en début d’après-midi).

Temps libre.

- 15 h 30 à 18 h 30 : Reprise du dialogue et approfondissement.

- 20 h : Dîner.

 

Dans la semaine, il y aura une journée entière, et une demi-journée de balade dans la montagne environnantePrévoir des chaussures de marche, un sac à dos et une gourde (voir un chapeau pour le soleil…).

Organisation et animation :

 

La rencontre est organisée par Paul Pujol, il en sera également l’animateur, mais il est évident que tous les participants sont en quelque sorte également coresponsables. Chacun apporte avec lui une ambiance, une couleur, et c’est la somme de ce que nous amenons qui crée la couleur de ce séminaire. Donc chaque personne est responsable de la qualité des échanges, et chacun participe à la création d’une atmosphère favorable à l‘écoute de soi et de l’autre.

 

  Paul Pujol explore et étudie les enseignements de Krishnamurti depuis plus de quarante ans. Il anime des rencontres et séminaires autour de la connaissance de soi depuis 2005. Il est également l'auteur de deux livres.

 

Pour les activités quotidiennes (mettre la table, vaisselle, nettoyage des chambres), nous demandons une action participative de chacun. Ces actions font parties intégrantes du séminaire. Elles nous permettent de faire le lien avec les autres personnes présentes à la Vigogne (vacanciers, personnels), et avec la vie de tous les jours, dans ces gestes du quotidien. Cela nous permet aussi de réduire certains frais et de proposer des tarifs les plus bas possibles. Nous vous remercions de

votre compréhension bienveillante.

 

L'hébergement :

 

En pension complète. Chambres deux ou trois lits,

toutes avec un balcon. Douches et toilettes à chaque étage.

Commodités :

 

Les draps sont fournis, mais vous devez amener vos serviettes de bains. La vigogne n'est pas un hôtel, c'est une maison familiale, aussi une aide est demandée pour mettre et débarrasser les tables, pour essuyer la vaisselle. Il est également demandé, de nettoyer et laisser les

chambres propres au départ.

 

Tarifications et réservations :

 

Séminaire d’étude J. Krishnamurti du 14 au 20 août 2021.

Pension complète (avec option repas végétariens) : 390 €.

Ajouter le coût du séminaire : 190 €.

 

Réservations :

Effective à réception d'arrhes de 240 €

Voir le document PDF de réservation à remplir en bas de page.  

Inscriptions et renseignements :

 

Le nombre de places est limité à 10 personnes, il est donc fortement recommandé de s'inscrire au plus tôt. Veuillez bien noter que les inscriptions se font par ordre chronologique.

La date butoir pour les inscriptions est fixée au 6 août.

 

Pour tous renseignements :

Paul Pujol 

06 82 33 09 05 / pujolpaul@msn.com

37 route de Reyrieux 01600 Trévoux

Relations et Connaissance de soi : www.paul-pujol.net

SIRET : 38296700800063

 

Accès à la Vigogne :

Voir le document PDF joint en bas de page.

 

 

Voir les photos des séminaires précédents:

Séminaire en Savoie 2021.

Séminaire en Savoie 2018.

Séminaire en Savoie 2015.

 

13 au 19 août 2022 en SAVOIE: Séminaire d'étude Krishnamurti

Relations et Connaissance de soi: www.paul-pujol.net

Paul Pujol, 37 route de Reyrieux

01600 Trévoux / France

SIRET: 38296700800063

Partager cet article
Repost0
Paul Pujol - dans Activités 2022