12 juin 2014 4 12 /06 /juin /2014 08:43

 

Livre J.Krishnamurti Mettre fin au conflit

 

 

      Je tenais à vous informer de la sortie d'un nouveau livre de J.Krishnamurti, livre intitulé "Mettre fin au conflit" publié aux Presses du Châtelet.

     Cet ouvrage regroupe une série de onze causeries qui eurent lieu à Madras (Aujourd'hui Chennai) en 1947, du 26 octobre au 28 décembre.

     Le moment historique est important, l'humanité sort juste de la deuxième guerre mondiale, et de nombreux bouleversements ébranlent alors le monde.

     Quand la guerre éclate en 1939, Krishnamurti se trouve à Ojai sur la côte ouest des États unis, non loin d'Hollywood. Pendant toute la durée de la guerre, on interdit à Krishnamurti de donner des conférences et pendant cette période il ne pu voyager à l'étranger. Pour la première fois depuis que la Société Théosophique avait jeté son dévolu sur lui, il a pu séjourner plusieurs années au même endroit et cela dans un certain isolement. Il fit néanmoins la connaissance (entre autres) d'Aldous Huxley avec qui il devint ami.

     Cette "retraite forcée" lui permis sans nul doute d'approfondir et d'enrichir son exploration des mécanismes de l'esprit.

 

     Quand Krishnamurti arrive en Inde en octobre 1947, l'Inde est indépendante depuis deux mois (15 août 1947). L'indépendance c'est faite dans la douleur, avec la partition de l'Inde, la naissance du Pakistan, ses massacres et ses déplacement de foules énormes...Dans cette euphorie patriotique, il est certain que Krishnamurti devait être bien seul a dénoncer le nationalisme comme étant un véritable poison...

     A ce moment l'expression de Krishnamurti explose littéralement, il s'est débarrassé des termes à tendances théosophiques, ou strictement orientaux. Son intellect s'est affiné grandement. Il s'exprime avec une profondeur et une aisance toute nouvelle, son enseignement prend alors un véritable envol.

 

 

     Voir le lien des Presses du Châtelet :

http://www.pressesduchatelet.com/livre/mettre-fin-au-conflit/

   

 

Partager cet article

Repost0
Paul Pujol - dans Articles J.Krishnamurti
20 mai 2014 2 20 /05 /mai /2014 14:10

 

 

 

  Qu'est-ce que l'éveil, est-ce la fin du moi? Mais on dit communément  que le moi est illusoire. Alors l'éveil serrait la fin d'une illusion, d'une chose qui n'existe pas? Quel est ce paradoxe? Une chose de nature illusoire peut-elle même exister, et comment ce qui n'existe pas peut-il alors finir?

     Quel est lien entre ce paradoxe et la souffrance? Y a-t-il un rapport entre ce dilemme et l'immense solitude intérieure de l'homme?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
Paul Pujol - dans Vidéos
16 mai 2014 5 16 /05 /mai /2014 13:07

 
  Toutes les étoiles ne sont pas des boules sphériques comme notre soleil.                                         

  En 2003 deux scientifiques, Pierre Kervella de l’observatoire de Paris et Armando Domiciano de Souza chercheur Brésilien, ont réussi à mesurer l’aplatissement de l’étoile Archemar dans la constellation de l’Eridan.

 

Ayant utilisé pour cela le VLTI*, un réseau de télescopes situé dans la cordillère des Andes, ils ont découvert que l’étoile Archemar n’était pas ronde, mais oblongue ; c'est-à-dire ovale tout en étant très aplatie, entre la forme d’un bouton ou d’une citrouille.

Une autre étoile plus connue, Altaïr dans la constellation de l’aigle (visible au zénith en plein été), a été également mesurée comme étant déjà ovale, mais dans une proportion beaucoup plus faible qu’Achémar.
   

Pour le diamètre équatorial (le diamètre équatorial est un diamètre imaginaire horizontal qui coupe la terre en deux, hémisphère nord et hémisphère sud, et il se situe comme son nom l’indique au niveau de l’équateur) celui d’Altaïr est 1.9 fois plus grand que celui du soleil, cependant il n’est qu’un dixième de fois plus grand que son diamètre polaire (le diamètre polaire est un autre diamètre imaginaire,perpendiculaire à l’équateur et passant exactement par les pôles) une différence relativement faible comparé à Achémar dont le diamètre équatorial est de 12 diamètres solaire pour 7.7 aux pôles.

                   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le schéma ci-dessus respecte les proportions indiquées.

      
            Étoile Achémar
(constellation de l’Eridan)

 

 D’après les chercheurs, l’aplatissement de ces étoiles est dû au fait qu’elles tournent très vite sur elles-mêmes. Comparons la vitesse de rotation de ces étoiles avec celle du soleil, nous savons que notre soleil tourne sur lui-même en 28 jours environ (lui-même étant quasiment sphérique), Altaïr effectue un tour sur elle-même en 6 heures et demie.

Pour Achémar la vitesse de rotation à l’équateur atteindrait plusieurs centaines de kilomètres par seconde, mais en plus la rotation d’un seul bloc n’aurait pas suffi à l’écraser autant ; plus on s’approche de son centre, plus elle doit tourner vite.

 

Nous voyons ici encore, toute la formidable diversité de notre Univers. Les modèles standard sont très utiles, mais la vie apportera toujours l’exception qui permet de mieux cerner la globalité de la Vie.

 

*Very Large Telescop Interferometer.

    Réf : Ciel et Espace n°410 / juillet 2004*

 

Partager cet article

Repost0
Paul Pujol - dans Sciences et Cultures
31 mars 2014 1 31 /03 /mars /2014 11:44

 

 

 

Une conférence en Savoie à Aix les Bains,

  à La librairie Chemin Faisant.

 

  Une occasion de se retrouver, ou de faire connaissance,

  mais surtout d'échanger ensemble...

 

Cette conférence serra suivie le samedi 17 mai,

d'une journée d'exploration et d'échanges à

La bridoire (73520)

Voir le lien:

  17 mai 2014: journée Connaissance de soi avec Paul Pujol à la Bridoire (73520)

 

Conférence Aix les Bains 16 mai 2014

 

 

                                 PDF Conférence Aix les Bains 16 mai 2014 PDF Conférence Aix les Bains 16 mai 2014   

 

 

              

Partager cet article

Repost0
Paul Pujol - dans Activités 2014
24 mars 2014 1 24 /03 /mars /2014 15:54

 

La Saône.

 

 

19 novembre 2006  

 

 

 

 Pour le rêveur, le rêve est très réel, il n’existe que cela.

 

 Le rêveur n’est pas séparé du songe ;

 en fait le rêveur « est » le rêve, et le rêve « est » le rêveur.

 

 Le contenu de l’esprit « est » l’esprit lui-même.

 

 De même, celui qui vit dans l’illusion n’est pas séparé de cette illusion ;

 il « est » l’illusion elle-même.

 

 

 

 

 

 

  Paul Pujol, " Senteur d'éternité "

  Editions Relations et Connaissance de soi

  "Le rêve et le réveur", page 161.    

Partager cet article

Repost0
Paul Pujol - dans textes paul pujol