Informations et activités

 

Accueil

Rencontres

Photos de rencontres

Audio

Vidéos

Textes

Livres

Librairies partenaires 

 

Vous pouvez aussi nous suivre sur:

Facebook YouTube          

Rechercher

Newsletter

Ma Newsletter

18 février 2010 4 18 /02 /février /2010 10:36

 

 

00212.jpg

        Les sages parfaits de l'Antiquité étaient si fins,
      si subtils, si profond et si universels qu'on ne
      pouvait les connaître.

      Ne pouvant les connaître, on s'efforce de se les
      représenter:
      Ils étaient prudents comme celui qui passe un
      gué en hiver;
      hésitant comme celui qui craint ses voisins;
      réservés comme un invité;
      mobiles comme la glace qui va fondre;
      concentrés comme le bloc de bois brut;
      étendus comme la vallée;
      confus comme l'eau boueuse.

      Qui sait par le repos passer peu à peu de trouble au clair
      et par le mouvement du calme à l'activité?
      Quiconque préserve en lui une telle expérience
      ne désire pas être plein.
      N'étant pas  plein, il peut subir l'usage et se renouveler.

  
  Référence: Lao-tseu, Tao-tö king traduit du chinois par Liou Kia-hway.
  Chapitre XV, page 27, édition Folio.

 

Partager cet article

Repost 0
Paul Pujol - dans Religion - textes premiers